Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : 51 parlementaires claquent la porte du parti au pouvoir

Nigeria : 51 parlementaires claquent la porte du parti au pouvoir

Nigéria

Décidément, plus rien ne va au sein du All Progressive congress (APC). Après les 15 sénateurs, ce matin, le tour est venu cet après-midi à 36 membres de la Chambre des représentants ou Assemblée nationale de quitter le parti au pouvoir. Buhari quasiment dans une position inconfortable.

Ils sont 36 membres de la Chambre des représentants avoir quitté ce mardi 24 juillet le All Progressive congress (APC). De ces dissidents, 32 ont rejoint le People democratics party (PDP), principale formation de l’oppsoition, tandis que les quatre autres ont rallié l’African Democratic Congress (ADC).

Parmi les dissidents, on compte Sani Rano, Ali Madaki, Dickson Tackighir, Hassan Saleh, Danburam Nuhu, Mark Gbilah, Razak Atunwa, Ahmed Garba Bichi, Abdulsamad Dasuk et Zakari Mohammed. Quant au président de la Chambre des représentants, Yakubu Dogara et son adjoint, Yusuff Lasun, ils ont réaffirmé leur fidélité à l’APC.

Les sénateurs aussi

Annonçant leur défection en plénière, les législateurs ont dénoncé les divisions qui minent l’APC à tous les niveaux. Ce qui, ont-ils expliqué, justifie leur défection.

Plus tôt dans la journée, 15 sénateurs ont annoncé leur retrait de l’APC. Le PDP venait de renforcer sa majorité au Sénat.

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : 15 sénateurs quittent le parti au pouvoir

Ce sont donc au total 51 parlementaires que l’APC vient de perdre en un jour. Une perte sans doute consécutive à la déclaration de candidature à la présidentielle de 2019 d’Atiku Abubakar. Cet ancien vice-président de la République sous Olusegun Obasanjo (1999 à 2007) qui, selon des observateurs, aurait joué un rôle important dans l‘élection de Buhari en 2015.

>>> LIRE AUSSI : Présidentielle 2019 au Nigeria : un allié de Buhari se porte candidat

Avec ces défections de masse, Muhammadu Buhari risque d‘éprouver toutes les peines du monde à rempiler lors de la présidentielle prévue l’année prochaine. Surtout, qu’il peine à tenir certaines promesses dont la neutralisation de Boko Haram et la fin des violences intercommunautaires dans le centre du pays.

>>> LIRE AUSSI : Massacres au centre du Nigeria : le camp Buhari indexe l’opposition >>> LIRE AUSSI : Nigeria : des loubards envahissent le Sénat
Voir plus