Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Érythrée : libération de plus de 35 personnes détenues pour des raisons religieuses

Érythrée : libération de plus de 35 personnes détenues pour des raisons religieuses

Erythrée

Le gouvernement érythréen a libéré plus de trente détenus qui étaient jusqu‘à présent détenus pour appartenance à des confessions chrétiennes non enregistrées.

La bonne nouvelle a été donnée par la BBC Tigrinya Service et Release Eritrea. Pour l’organisme de bienfaisance basé au Royaume-Uni et spécialisé dans la documentation des persécutions basées sur les motifs religieux dans le pays, 35 personnes ont été libérées au total.

« Tous les prisonniers (11 femmes et 24 hommes) ont été libérés sous caution de la prison de Mai-Sirwa. Ce groupe de prisonniers avait rempli des formulaires acceptant de renoncer aux réunions organisées par leurs églises respectives il y a quatre ans et demi », peut-on lire dans un communiqué rendu public hier.

Le chiffre des personnes libérées est bien inférieur à un rapport précédent selon lequel Asmara avait libéré quelque 400 prisonniers politiques. Cette information émanait d’un média local, Radio Erena. Dans tout cela, le gouvernement n’a pas encore fait de déclaration officielle.

La mesure pourrait satisfaire les défenseurs des droits de l’homme

« Beaucoup de ceux qui sont libérés sont des jeunes et des personnes qui ne sont pas identifiés comme des leaders de leurs groupes et de leurs communautés respectives. Tous les pasteurs et les dirigeants des églises fermées restent dans des prisons de haute sécurité, y compris le tristement célèbre Karsheli où d‘éminents dirigeants de l‘église ont été emprisonnés depuis 2004 », ajoute le communiqué.

Les libérations font suite aux appels lancés à l‘Érythrée pour qu’elle améliore en urgence sa situation en matière de droits de l’homme après l’historique accord de paix avec l‘Éthiopie. Asmara avait utilisé la situation de guerre avec l‘Éthiopie comme raison pour justifier la violation de certaines libertés.

L’accord historique entre les deux pays a été signé à l’issue d’une rencontre entre le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le président érythréen Isaias Afwerki. C‘était à l’occasion de la visite d’Abiy à Asmara au début du mois de juillet.

L’Erythrée a rouvert son ambassade en Ethiopie pendant la visite d’Afwerki avec l’Ethiopie nommant un ambassadeur en Erythrée avec des plans pour rouvrir son ambassade à Asmara.

Human Rights Watch (HRW), groupe de défense des droits internationaux, a souligné la nécessité pour les deux gouvernements de capitaliser sur la normalisation des relations pour approfondir les réformes visant à respecter les droits fondamentaux des citoyens.

>>> LIRE AUSSI : L’Erythrée annonce avoir retiré ses troupes de la frontière éthiopienne

>>> LIRE AUSSI : Paix entre l‘Éthiopie et l‘Érythrée : la médiation en sourdine de la communauté internationale

>>> LIRE AUSSI : Paix dans la Corne de l’Afrique : le président érythréen en Éthiopie samedi

Voir plus