Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sénégal : procès de 29 djihadistes présumés, dont une condamnation à 20 ans

Sénégal : procès de 29 djihadistes présumés, dont une condamnation à 20 ans

Sénégal

Un tribunal correctionnel de Dakar a condamné jeudi à 20 ans de prison le principal accusé au procès de 29 jihadistes présumés, mais acquitté 14 d’entre eux.

Le Sénégalais Makhtar Diokhané a été condamné jeudi par un tribunal correctionnel de Dakar pour son rôle présumé dans de nombreux attentats terroristes.

L’homme que le parquet décrit comme “l’idéologue” du groupe écope de 20 ans de travaux forcés. Trois autres prévenus ont été condamnés à 15 ans de travaux forcés, cinq à 10 ans et trois à cinq ans.

"Je vais faire immédiatement appel de cette décision. Je n'ai aucunement l'intention de laisser Makhtar Diokhané rester en prison pour une durée de vingt ans."

“C’est un combat que nous menons depuis trois ans, nous l’avons mené devant le prétoire. Nous avons mené également une bataille médiatique pour sauvegarder la dignité de l’imam Ndao qui est un modèle pour ce pays.’‘ Défend Maître Moussa Sarr, avocat de l’imam Ndao.

“On est allé rechercher le crime inédit d’actes de terrorisme par association de malfaiteurs. Chose qui n’a été visée ni pendant la phase d’instruction, ni dans le cadre du déroulement du procès. S’indigne
Alassane Cissé, avocat de Makhtar Diokhané.

Les accusés, dont trois femmes, étaient poursuivis pour “actes de terrorisme par menaces d’attentat”, “association de malfaiteurs, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux”, “apologie du terrorisme” et “détention d’armes sans autorisation”.

Il leur était reproché d’avoir voulu installer des bases jihadistes dans le sud et le sud-est du Sénégal et d’avoir envisagé par la suite d‘étendre leur projet à des pays voisins comme la Gambie, la Guinée et la Guinée-Bissau.

Le procureur avait requis en mai la perpétuité contre 11 des prévenus et une peine de 30 ans contre l’imam Ndao, de Kaolack (centre).

Ce procès, placé sous haute sécurité et qui avait démarré le 9 avril, après une série de renvois depuis décembre, est le plus important à se tenir au Sénégal par le nombre de prévenus dans une affaire de ce type.

Voir plus