Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : des journalistes étrangers expulsés, une activiste détenue (ONG)

RDC : des journalistes étrangers expulsés, une activiste détenue (ONG)

République démocratique du Congo

Une organisation congolaise a déploré mercredi la détention au secret d’une activiste qu’accompagnaient deux journalistes britanniques expulsés jeudi dernier par les autorités de la République démocratique du Congo après un reportage dans le Nord-Kivu.

Congo Men’s Network (Comen) “déplore l’arrestation de l’activiste féminine Liberata Buratwa Rubumba qui, jusqu‘à ce jour, est détenue dans un endroit gardé secret”, écrit dans un communiqué cette ONG engagée dans la gestion des conflits armés nombreux dans la région.

“Sa famille et ses proches ne savent pas entrer en contact avec elle et s’inquiètent pour sa santé”, affirme Comen. 
Un proche de sa famille a indiqué à l’AFP que Mme Buratwa a été “transférée à Kinshasa par les renseignements civils”.

L’AFP n’a pas été en mesure de vérifier cette information auprès des autorités.
Mme Buratwa est membre de la “Synergie des femmes de Rutshuru”, une association féminine partenaire de Comen.

Mme Buratwa et d’autres membres de la société civile effectuaient une mission avec une équipe de trois journalistes deux Britanniques et un Congolais en reportage début mai dans le territoire du Rutshuru où ils ont approché un groupe armé.

Le 6 mai, les trois journalistes dont deux collaborateurs de l’AFP, Mme Buratwa et des membres de la “Synergie des femmes de Rutshuru” ont été interpellés par les services de renseignements militaires et civils congolais.
Quatre jours plus tard, les autorités ont décidé d’expulser les deux journalistes britanniques et de garder en détention Mme Buratwa, après avoir libéré le journaliste congolais.

La Direction générale de migration (DGM) a reproché aux journalistes britanniques de ne pas avoir les bons visas ni les bonnes accréditations, ce que les deux journalistes contestent.

Un responsable de la Comen, qui avait aussi organisé le déplacement des journalistes a indiqué à l’AFP qu’il avait dû quitter Goma par peur d‘être inquiété.

Depuis un quart de siècle, le Nord-Kivu (est), frontalier de l’Ouganda et du Rwanda, est le fief de nombreux groupes armés congolais ou étrangers qui défient les autorités de Kinshasa ou des deux pays voisins.

AFP

Voir plus