Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ethiopie : Abiy Ahmed face à la liberté d'expression

Ethiopie : Abiy Ahmed face à la liberté d'expression

Ethiopie

En Ethiopie, depuis son investiture, le Premier ministre Abiy Ahmed multiplie les signes d’ouverture en tendant la main aux partis politiques d’opposition, aux journalistes, et défenseurs des droits humains.
Depuis janvier, des milliers de prisonniers ont été libérés à l’exemple d’Eskinder Nega qui n’a pas revu sa femme et son fils, installés aux Etats-Unis, depuis 5 ans. Au total, il a passé près de 9 ans derrière les barreaux. Eskinder est l’un des fondateurs de l’un des premiers journaux d’opposition. En 2011, il est condamné à 18 ans de prison sur la base de la proclamation de la loi anti-terroriste.

Ils voulaient briser mon esprit, ils veulent briser l’esprit des prisonniers politiques. Ils veulent que tu dises : “j’abandonne finalement, c’est trop pour moi, j’ai assez souffert”. Dans cette histoire, je suis heureux de dire qu’ils n’ont pas briser mon esprit et c’est pourquoi je suis en train de vous parler explique Eskinder.

Belay Manaye, journaliste et activiste des droits humains partage le même point de vue. Il a étudié le journalisme à l’université d’Addis-Abeba puis travaillé dans un journal d’Etat avant de démissionner en octobre 2013.

J’ai constaté qu’il est difficile de travailler en tant que journaliste libre dans un média gouvernemental. On m’ envoyé couvrir des réunions publiques et des conférences de presse des parties d’opposition. Je les ai couvertes quand je revenais au bureau et rendais mon article, je ne le retrouvais pas dans l‘édition du lendemain

Aujourd’hui, Belay suit les procès d’activistes à la haute cour fédérale de justice. Comme Eskinder, le jeune homme se félicite de l’arrivée du nouveau Premier ministre. Depuis la nomination d’Abiy Ahmed fin, mars, l’internet mobile est revenu en régions et le chef du gouvernement enchaîne les discours d’ouverture, mais pour Belay ce n’est pas suffisant.

Depuis son entrée en vigueur mi-février, l‘état d’urgence a conduit à plus d’un millier d’arrestations. Abel est un blogueur de Zone 9. Plusieurs membres de ce collectif ont été arrêtés en 2014 toujours en vertu de la loi anti-terroriste. Abel a été libéré un an et demi plus tard. Depuis, toutes les charges contre lui ont été abandonnées. Aujourd’hui, il a décidé de monter son propre média, Gobena Street, un site internet d’informations indépendant.

Le nouveau Premier ministre Abiy Ahmed nous a promis beaucoup de réformes afin d’ouvrir l’espace politique et de créer un environnement favorable pour les médias. Donc il faut que l’on teste ça. Nous n’avons pas à rester assis et attendre l’information des médias gouvernementaux

Abiy Ahmed suscite bien sûr de fortes attentes plus d’un mois après son arrivée à la tête du gouvernement éthiopien. Activistes, journalistes et militants des droits de l’homme veulent voir dans les changements politiques récents un signe d’espoir.

Voir plus