Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ghana : une militante du parti au pouvoir en pleine controverse pour avoir giflé une journaliste

Ghana : une militante du parti au pouvoir en pleine controverse pour avoir giflé une journaliste

Ghana

Au Ghana, c’est l’un des sujets du moment. Hajia Fati, une militante du parti au pouvoir, est sous le feu des critiques après une altercation et des propos polémiques sur une journaliste.

Une défense qui enfonce, serait-on tenté de dire au sujet de Hajia Fati, membre du New Patriotic Party (NNP), le parti au pouvoir. Accusée d’avoir giflé une journaliste la semaine dernière, la militante NPP a bien eu du mal à justifier son acte.

Interrogée sur la question dans la presse ghanéenne, elle s’est notamment défendu en assurant qu’elle avait confondu son interlocuteur – journaliste à la radio Adom FM selon le site Citynewsroom.com – avec une personne loyale à Sammy Crabbe, vice-président du NPP suspendu du parti.

Ce qui est plus inquiétant, c'est que certaines de [ses] attaques contre des journalistes, dont le cas d'Adom FM, ont été lancées depuis le siège du parti

“Je pensais que c‘était une des femmes de Sammy Crabbe qui voulait prendre des photos de moi. La dame n’avait pas l’air d’un journaliste. Elle ressemblait à un vendeur d’oignons”, a expliqué dans la presse Hajia Fati. Loin de la dédouaner, ces nouvelles déclarations ont déclenché un déferlement de critiques.

De leur côté, organisations et associations de journalistes au Ghana ont déploré un sérieux revers pour la liberté de la presse pour laquelle le pays affiche de bons indices, mais aussi quelques jours après la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse.

“Ce qui est plus inquiétant, c’est que certaines de [ses] attaques contre des journalistes, dont le cas d’Adom FM, ont été lancées depuis le siège du parti, donnant l’impression, même à tort, que le parti au pouvoir endosse la violence contre nous”, s’est notamment insurgé Affail Monney, de l’Association des journalistes du Ghana (GJA).

Si le groupe de média dans lequel travaille la journaliste agressée a décidé de porter plainte contre Hajia Fati, d’autres médias ont tout simplement décidé de boycotter toutes les activités du NPP, jusqu‘à ce que le parti du président Nana Akufo-Addo fasse des excuses officielles.

Voir plus