Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sport

sport

Athlétisme - 1 500 m : meilleure performance mondiale 2018 pour Semenya sur fond de polémique de l'IAAF

Athlétisme - 1 500 m : meilleure performance mondiale 2018 pour Semenya sur fond de polémique de l'IAAF

Afrique du Sud

“Je ne parle pas des conneries” : Au centre de tous les regards depuis l’annonce d’un nouveau règlement concernant les athlètes hyper-androgènes, Caster Semenya a brillé vendredi à Doha lors de la 1re étape de la Ligue de Diamant, tout en répondant par le mépris aux questions sur le sujet qui fâche.

La Sud-Africaine de 27 ans a fait le métier sous la chaleur étouffante du Qatar (plus de 30°) en signant le meilleur chrono de 2018 sur 1500 m (3 min 59 sec 92) et un record national. Mais c’est sur un autre terrain qu’elle était particulièrement attendue. Et en peu de mots, la double championne olympique du 800 m a fait passer son petit message.

Interrogée à propos de la décision de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), qui l’obligera, à parti du 1er novembre 2018, à faire baisser son taux de testostérone pour pouvoir participer aux compétitions entre le 400 m et le mile, Semenya n’a pas eu besoin de beaucoup s‘épancher pour se faire comprendre.

“Je ne parle pas des conneries”, a-t-elle lâché après la course avant de couper court aux questions. Une manière de répliquer à l’IAAF, qui, par la voix de son président Sebastian Coe, avait, dans la matinée, défendu les nouvelles règles bientôt en vigueur.

’15 années de travail’

“Les règlements sont très clairs et ils sont le fruit de 15 années de travail, scientifiquement validés. C’est une réponse à une question très précise qu’on nous posait et qui concernait l’amélioration de la performance liée à la testostérone. Ces 15 années de travail ont suffi à convaincre le Conseil de l’IAAF que ces règlements sont appropriés pour le sport”, avait déclaré le dirigeant britannique.

Semenya, débarquée à Doha juste après un doublé 800-1500 m aux Jeux du Commonwealth, a en tout cas su faire fi de la polémique et du malaise qui a gagné les athlètes depuis une semaine. Elle a tranquillement patienté jusqu‘à l’ultime tour pour produire son effort et dominer aisément toute la troupe.

Le 100 m dames a été l’autre temps fort de la chaude soirée qatarie avec un beau succès de l’Ivoirienne Marie-Josée Ta, qui a réussi la meilleure performance mondiale de l’année en 10 sec 85 malgré une très forte concurrence.

La double championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson n’a pris que la 3e place (10 sec 93) et la toute fraîche médaillée d’or aux Mondiaux en salle sur 60 m, l’Ivoirienne Murielle Ahouré, a terminé 4e (10 sec 96). Quant à la Néerlandaise Daphne Schippers, elle n’a fini que 6e (11 sec 03).

AFP

Voir plus