Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

[Photos] Gabola, l'église sud-africaine qui vous baptise par votre alcool préféré

[Photos] Gabola, l'église sud-africaine qui vous baptise par votre alcool préféré

Afrique du Sud

Du Whisky, de la bière et autres boissons alcoolisées pour racheter les personnes égarées. Bienvenue à Gabola, l‘église sud-africaine qui baptise ses fidèles avec l’alcool de leur choix.

Dans le local qui accueille les fidèles de Gabola, à Orange Farm à 40 kilomètres au sud de Johannesburg, peu de similitudes avec les églises dites conventionnelles. Le culte est tenu dans un bar du vaste township où sont fièrement dressées des bouteilles de liqueur et de bières sur une table de billard, qui sert d’autel.

À Gabola, qui signifie “boire” en Tswana, l’une des langues officielles de l’Afrique du Sud, c’est justement par ces boissons que sont baptisés les nouveaux fidèles.

Les gens disent qu'ils sont saints, mais ils boivent en secret. Ils pensent que Dieu ne les voit pas. Mais le Seigneur se penche sur eux et peut les voir. Nous buvons ouvertement pendant le culte.

“Nous sommes une église pour ceux qui ont été rejetés par d’autres églises parce qu’ils boivent de l’alcool”, a déclaré à l’Associated Press le fondateur de Gabola et le pape autoproclamé, Tsietsi Makiti. “L‘Église Gabola est établie pour racheter les personnes qui sont rejetées, qui sont considérées comme des pécheurs. Nous buvons pour la délivrance. Nous buvons pour que le Saint-Esprit vienne en nous”, ajoute l’homme qui célèbre son culte avec ses fidèles en faisant les éloges de l’alcool.

“Boire de façon responsable”

Si en près de huit d’existence, l‘église a déjà convaincu pas mal de fans, elle peine cependant à se faire reconnaître par l’Union des Églises indépendantes d’Afrique du Sud. “Ils utilisent la Bible pour promouvoir les tavernes et boire de l’alcool. C’est blasphématoire. C’est de l’hérésie et totalement contre les doctrines”, s’indigne Modiri Patrick Shole, président de l’union qui espère convaincre les autorités de fermer Gabola pour avoir enfreint les règlements municipaux qui disent que les églises ne devraient pas être situées près des bars.

Mais ces accusations sont loin de décourager le pape autoproclamé, Tsietsi Makiti, qui dénonce d’ailleurs une hyprocrisie du corps religieux. “Notre objectif est de convertir les bars et les tavernes en églises (…) Et nous convertissons les propriétaires de tavernes en pasteurs”, a déclaré M. Makiti.

A l’en croire, dans d’autres églises, les gens “disent qu’ils sont saints, mais ils boivent en secret. Ils pensent que Dieu ne les voit pas. Mais le Seigneur se penche sur eux et peut les voir. Nous buvons ouvertement pendant le culte. Nous le faisons en paix et nous nous aimons les uns les autres”, se défend-il.

Pour le chef de Gabola, l’idée est d’encourager les gens à boire de façon responsable. Il souligne par ailleurs que l’alcool n’est vendu et béni qu’aux personnes de plus de 20 ans, soit deux ans de plus que l‘âge légal pour consommer de l’alcool en Afrique du Sud.

Le précédent congolais avec Louzolo Amour-OPH

Le modèle de Gabola n’est pas sans rappeler l’histoire de Louzolo Amour-OPH, une église située en République du Congo et qui fonde sa doctrine sur la foi et la guérison par la bière depuis 1984.

En novembre 2017, Africanews est allé à la rencontre de cette église dont le fondateur Guy Emile Loufoua Cetikouabo, qui serait invisible, s’est auto-proclamé Dieu vivant sur terre.

Cette confession religieuse qui compte des milliers d’adeptes en République du Congo autorise la bière à tous les âges, comme élément de guérison. Son site, Louzolo Amour-OPH affirme être reconnu par l’Etat conformément à la loi de 1901, sous le récépissé n° 004/015/MID/DGAT/DER/SAG du 12 mars 2015.

>>> LIRE AUSSI : Congo : la bière et la foi comme thérapie chez Louzolo Amour-OPH

Voir plus