Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La résolution des conflits en Afrique au coeur du forum de Tana

La résolution des conflits en Afrique au coeur du forum de Tana

Afrique

Des experts en sécurité venus de divers horizons se retrouvent dans la ville de Baher Dar qui a été le théâtre de la contestation meurtrière du peuple Amhara en Ethiopie. Cette ville abrite le 7e forum de Tana sur la paix et la sécurité.

Le Nigeria est l’un des pays dont l‘économie a été mise à mal par les conflits – en particulier l’insurrection de Boko Haram et les conflits communautaires à Kaduna. La question que nous nous posons est la suivante : si le financement est une question aussi importante, comment davantage de moyens financiers permettraient-ils de s’attaquer à l’insécurité non seulement au Nigeria, mais aussi dans toute l’Afrique ?

La question du financement de l’Union africaine fait débat depuis des décennies – s’ajoute aujourd’hui celle du financement de sa grande commission Paix et Sécurité.

Bien que les organismes mondiaux soutiennent les efforts visant à mettre fin aux conflits en Afrique, des financements supplémentaires sont nécessaires, en particulier avec l‘émergence de nouvelles formes de violence.

“Les sociétés agricoles marginalisées sont confrontées à la même pauvreté que les sociétés pastorales et la question que nous nous posons est : quel est notre concept de progrès pour elles ?’‘, s’interroge l’ancien président ghanéen, John Dramani Mahama.

Mais le continent est maintenant hanté par les mouvements de bergers – un nouveau pastoralisme marginal qui définit les conflits, la sécurité et le développement dans la corne de l’Afrique et au Sahel.

Pour eux, il s’agit d’une lutte pour la survie, comme le rapporte la Banque mondiale ; seuls 20 % des éleveurs peuvent être considérés comme des entrepreneurs selon les pays.

“Comme la politique devient intense dans nos pays, les gens ont tendance à créer des circonscriptions et cela les radicalise ‘’, souligne Barriste Akere Muna, expert en gouvernance.

Au-delà du financement et de la réforme de l’Union africaine, les 54 États membres ont pour défi, l‘évaluation des capacités de gestion des conflits.