Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Congo : les mécaniciens face au enjeux des voitures électriques

Congo : les mécaniciens face au enjeux des voitures électriques

Le garage de Youssouf Moudasir situé dans le quatrième arrondissement de pointe noire, la capitale économique du Congo ne désemplit pas.

Il a la particularité de recevoir des véhicules électriques et semi-hybrides : des voitures propres qui roulent à l‘électricité au lieu du carburant. Des véhicules qui commencent à arriver sur le marché africain.

Conscient des enjeux, Youssouf, cet électricien en automobile a décidé de suivre le virage de la transition en se spécialisant dans la réparation de ces autos.

Tout ce qui est lié à l‘électronique, nous en faisons notre affaire. Parce que nous avons suivi des formations typiquement pour l‘électronique. Tous les jours, nous faisons des recherches et nous avons des partenaires européens comme américains. Nous avons par exemple été récemment chez Tesla pour comprendre la nouvelle technologie qui va arriver ici en Afrique a expliqué Youssouf Moudasir.

Les constructeurs automobiles intègrent de plus en plus de composants électroniques dans les modèles de voitures qu’ils proposent. Ainsi, il devient difficile de pouvoir diagnostiquer une anomalie sur son véhicule sans avoir recours à la fameuse valise diagnostique des mécaniciens. Peu de garagistes au Congo sont formés à la réparation de ces nouveaux types de véhicules. Les propriétaires qui importent des véhicules électroniques comme Ekamba Elombé ont connu l’errance diagnostique pour leur véhicule en panne. Avant de connaître cet atelier, ils ont parfois dû errer d’un atelier à un autre avant de trouver une solution.

Je me souviens que suite à la panne de mon véhicule, je suis passé de garage en garage, arrivé ici, je me disais, un garage comme celui-ci n’a pas de clés, ni d’outils ou de levage mécanique qu’on voit dans les garages traditionnels. Comment va t-il s’y prendre alors que d’autres garages ont échoué ? Il est sorti juste avec une machine et il me diagnostique la panne. Une panne qui m’avait fait dans l’espace et dans le temps fait deux semaines, ici, on me l’a résolu en 25 minutes à déclaré Ekamba Elombé visiblement satisfait des service du garage.

L’attirance vers le véhicule électrique n’est pas spontanée en Afrique. Youssouf Moudasir y voit un créneau d’avenir et veut enseigner la culture de l’automobile Électrique et hybride. Régulièrement, il organise des séminaires. Son objectif : former des professionnels capables de diagnostiquer les pannes ou dysfonctionnements logiciels ou électrotechniques de ces véhicules.

Nous voulons expliquer aux jeunes étudiants l’importance de la nouvelle technologie présente dans les automobiles aujourd’hui et nous avons donné une formation aux jeunes présents ici au Congo pour ambition de valoriser cette nouvelle technologie et de partager cette connaissance avec les jeunes africains. Si on ne fait pas un pas, si nos intellectuels ne font pas un pas en avant avec l’automobile, on risquerait de revenir en arrière. Parce qu’on n’aura pas des gens pour pouvoir réparer ses véhicules, car ces véhicules sont de plus en plus dotés de technologie et de plus en plus électronique explique Youssouf Moudasir.

Le véhicule électrique investira d’ici quelques années les rues africaines. Avec elle, des innovations pour tendre vers la mobilité durable. L’Afrique du Sud dévoile déjà ses pistes d’industrialisation dans le secteur. Aujourd’hui, il est urgent d’avoir une génération de mécaniciens tout à fait capable d’entretenir ces nouveaux véhicules.