Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan du Sud : l'ex-chef de l'armée lance un mouvement rebelle

Soudan du Sud : l'ex-chef de l'armée lance un mouvement rebelle

Sud-Soudan

Le très influent ex-chef de l’armée sud-soudanaise Paul Malong, tombé en disgrâce auprès du président Salva Kiir, a annoncé lundi la création d’un mouvement rebelle, accusant le gouvernement de ce pays en guerre de tout faire pour contrecarrer les efforts de paix.

Dans un communiqué, M. Malong a annoncé la création du Front uni du Soudan du Sud (SS-UF). Appelant à la démocratie et à la paix, il a également qualifié son mouvement d’“armée”, et assuré qu’il en est à la fois le président et le commandant en chef.

Exilé au Kenya, M. Malong a annoncé son intention de rejoindre l’Alliance d’opposition du Soudan du Sud (SSOA), une plateforme regroupant les principaux groupes rebelles du pays, dont celui de l’ancien vice-président Riek Machar.

Malong a confirmé ce que nous disons depuis le jour où il a quitté Juba

L’ancien chef d‘état-major des forces sud-soudanaises est issu, comme le président Kiir, de l’ethnie dinka. Il est considéré comme un tenant de la suprématie de l’ethnie dinka et un des principaux artisans des violences ethniques qui secouent le pays depuis décembre 2013.

“Notre mouvement est un appel juste et urgent envers nos compatriotes, c’est dans un premier temps une lutte afin d’arrêter le carnage que subit notre pays, et dans un deuxième temps une lutte pour avancer vers la démocratie et le développement”, a-t-il déclaré dans son communiqué.

Paul Malong a également accusé Salva Kiir de “piller” les ressources du pays, le tenant responsable de nombreux maux dont souffre le Soudan du Sud: l‘échec des efforts de paix, l’hyperinflation, l’impunité, l’insécurité et la faim, notamment.

Extrêmement influent, au point d‘être vu par certains comme plus puissant que Salva Kiir, Paul Malong avait été nommé par ce dernier chef d‘état-major de l’armée en avril 2014.

Il avait été démis de ce poste en mai 2017, puis assigné à résidence. Son refus début novembre de démobiliser 27 de ses 30 gardes du corps avait mené à un important déploiement militaire autour de sa maison, et de nombreux habitants de Juba craignant une confrontation étaient restés cloîtrés chez eux.

Un accord avait finalement été trouvé et Paul Malong avait ensuite quitté le pays fin 2017, officiellement pour raisons médicales.

“Malong a confirmé ce que nous disons depuis le jour où il a quitté Juba”, a réagi lundi le porte-parole du président Kiir, Ateny Wek Ateny. “Malong est rebelle”.

Deux ans et demi après son indépendance obtenue en juillet 2011, le Soudan du Sud a plongé dans une guerre civile alimentée par la rivalité entre Salva Kiir et Riek Machar, un Nuer. Le conflit, qui implique de multiples groupes armés formés sur des bases ethniques, a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

Selon Paul Malong, le SS-UF entend participer fin avril à des pourparlers organisé à Addis Abeba, en Ethiopie, pour revitaliser un accord de paix jusqu‘à présent maintes fois bafoué.

Voir plus