Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Élection présidentielle en RDC : Moïse Katumbi nomme son équipe de campagne

Élection présidentielle en RDC : Moïse Katumbi nomme son équipe de campagne

République démocratique du Congo

L’opposant congolais en exil a procédé récemment à la nomination des cadres qui devront animer son mouvement « Ensemble pour le changement ». Une tactique quasiment à la mesure de l’enjeu : remporter la présidentielle du 23 décembre prochain.

Qui veut gagner une élection surtout présidentielle, prépare son équipe. Un précepte qui est loin d‘échapper à Moïse Katumbi. Dans la perspective de la présidentielle du 23 décembre, l’opposant de structurer sa plateforme « Ensemble pour le changement » par le biais d’une série de décisions prises le 6 avril dernier depuis la Belgique où il est exilé depuis plus de deux ans.

« Un projet présidentiel doit être porté par la meilleure équipe possible ! Aujourd’hui Ensemble pour le changement franchit une nouvelle étape pour porter notre voix sur tout le pays & faire gagner la RDC », a écrit ce dimanche, l’ex-gouverneur de la province du Katanga sur sa page Twitter.

Nommé par décision numéro 1 portant nomination du vice-président, Pierre Lumbi Okongo assumera les fonctions de vice-président d’Ensemble pour le changement. L’ancien ministre des infrastructures et des travaux publics sera secondé par Delly Sesanga Hipungu Dja Kaseng nommé par décision numéro 2 au poste de secrétaire général. Ce dernier dirigera une équipe de huit secrétaires généraux adjoints dont Georgette Biebie, la seule femme, mise en place par la décision numéro 5 portant nomination des secrétaires généraux adjoints.

La décision numéro 3 nomme les 60 membres du bureau politique dont une quinzaine de femmes. L‘équipe devra donc se déployer à travers toutes les douze « régions politiques » créées par la décision numéro 6. Et chaque région politique correspond quasiment à une province du pays.

Mais, Katumbi a beau aiguiser ses armes, il est sous le coup d’une inculpation d’usurpation de nationalité. « Nous venons d’ouvrir une information judiciaire à charge de Moise Katumbi pour que le moment venu, il puisse répondre de tous ses actes », devant la justice congolaise, déclarait en fin mars, Flory Kabange Numbi, procureur général de la République (PGR) de la RDC. « Comment voulez-vous qu’un individu se sachant de nationalité italienne puisse se présenter devant nos bureaux pour avoir le passeport, la carte d’électeur ? Tout ce temps qu’il a passé à la tête de la province (du Katanga), il se prévalait d’actes faux, de faux documents », a-t-il ajouté.

Accusations que rejettent ses partisans qui dénoncent un « acharnement » contre leur leader. « Moïse Katumbi est victime d’un acharnement de la part du régime. Désormais, on va rappeler à tous d’où il vient, y compris M. Joseph Kabila », avait réagi Olivier Kamitatu, porte-parole de Katumbi.

Voir plus