Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Elections en RDC : l'UDPS (opposition) choisit Félix Tshisekedi comme candidat

Elections en RDC : l'UDPS (opposition) choisit Félix Tshisekedi comme candidat

République démocratique du Congo

Ce samedi, l’UDPS, le parti de feu l’opposant historique Etienne Tshisekedi, a choisi Félix Tshisekedi comme candidat à la prochaine présidentielle qui se tiendra à la fin de cette année en RDC.

“En vu de mettre l’UDPS en ordre de bataille, le congrès a décidé d’investir M. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo candidat du parti à la présidence de la République”, a fait entendre Me Peter Kazadile, le rapporteur du congrès.

C’est finalement le fils d’Etienne Tshisekedi qui défendra les couleurs de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social), le principal parti congolais d’opposition, lors de la présidentielle prévue pour le 23 décembre prochain. Le choix a été fait au congrès du parti à Kinshasa, dans la nuit de vendredi à samedi.

Je vous conduirai à la victoire cette année, s'il y a des élections.

En plus d‘être le candidat au fauteuil suprême, Félix Tshisekedi devient le super champion de l’UDPS. En effet, l’homme a été pratiquement intronisé à la tête du parti de son défunt père (décédé à Bruxelles le 1er février 2017) avec 790 voix sur 803 votants, soit 98,38% des voix. Le vote a été effectué à main levée.

A la suite du vote, le tout nouveau candidat de l’UDPS s’est exprimé en ces termes : “je suis convaincu que l’UDPS arrivera au pouvoir cette année pour redresser le pays. Je serai le président qui va enfin permettre de réaliser le rêve des fondateurs. Je vous conduirai à la victoire cette année, s’il y a des élections.”

S’il y a des élections, a-t-il précisé. Car en effet, la RDC est embourbée dans une crise politique consécutive au refus de fait de Joseph Kabila de quitter le pouvoir, malgré la fin de son second et dernier mandat le 20 décembre 2016. Passé cet épisode, la présidentielle, qui devait se tenir fin 2017, est finalement logée au 23 décembre prochain. La pression des Etats-Unis étant pour quelque chose dans le maintien du scrutin pour fin 2018. Pour rappel, la première puissance mondiale avait averti les autorités congolaises, leur faisant savoir que les USA ne toléreraient pas un énième report du scrutin tant attendu.

L’opposition en rangs dispersés

La candidature désormais officielle de Félix Tshisekedi vient comme un cheveu sur la soupe de Moïse Katumbi. Il se disait dans les coulisses que le riche homme d’affaires et ex-gouverneur du Katanga ferait front commun avec l’UDPS pour éventuellement présenter un candidat unique, dans la course au palais présidentiel. Ce n’est visiblement plus le cas.

Allié de Félix Tshisekedi et ex-allié de Joseph Kabila, Moïse Katumbi avait créé une plateforme et présenté officiellement sa candidature, réunissant autour de lui ses soutiens en Afrique du Sud en mars. “Je suis en train de préparer mon retour. C’est un devoir pour moi d’aller sauver un peuple qui est en train de souffrir”, disait monsieur Katumbi lors d’un entretien sur le plateau de la chaîne de télévision française France 24.

Mais ce retour s’avère problématique. Le propriétaire du club de foot Tout-Puissant Mazembe, qui vit en exil, se heurte à une série de blocages qui l’empêchent de retourner au bercail. L’homme risque la prison, compte tenu d’une condamnation consécutive à une affaire de spoliation de bien immobilier. Affaire qu’il a toujours qualifiée de ‘‘mascarade’‘. Mais aussi, sa candidature est entachée par la nationalité italienne qu’il aurait acquise, alors que la Constitution de la RDC rejette la double nationalité.

D’après un sondage présenté ce vendredi par le Groupe d‘études sur le Congo (GEC) et le Bureau d‘études, de recherches et de Consulting International (BERCI, tenu par des proches du porte-parole de monsieur Katumbi), Moïse Katumbi rempporterait l‘élection avec 24% des voix, tandis que son tout nouvel adversaire, Félix Tshisekedi, s’en tirerait avec 13%.

L’UDPS a été créé en 1982 par Etienne Tshisekedi, sous le règne de l’ex-président Mobutu Sese Seko. Jusqu‘à ce jour, l’Union pour la démocratie et le progrès social s’est opposé à tous les pouvoirs qui se sont succédé à la tête de la RDC.

La République démocratique du Congo est l’un des pays les plus riches au monde en termes de richesses naturelles, mais est paradoxalement l’un des plus instables et les plus pauvres de la planète, compte tenu, entre autres, des crises armées qui la secouent depuis plus de vingt ans.

Voir plus