Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Présidentielle ivoirienne : le PDCI veut une nouvelle CEI avant le scrutin de 2020

Présidentielle ivoirienne : le PDCI veut une nouvelle CEI avant le scrutin de 2020

Côte d'Ivoire

Le fossé semble s‘élargir de jour en jour entre le PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) et le RDR (Rassemblement des républicains). Hier alliées, les deux formations politiques (au pouvoir, au sein du RHDP) tiennent désormais des langages aussi impossibles à unir que de l’eau et de l’huile. Dernière illustration du PDCI ; la demande de révision de la controversée CEI (Commission électorale indépendante), chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire et dirigée par Youssouf Bakayoko, proche parmi les plus proches du président Ouattara. Et ce, avant 2020.

C’est encore par la voix de Jean Louis Billon (le porte-parole du PDCI qui avait déjà fait savoir que son parti aura son propre candidat pour 2020) que l’information est tombée. Au cours d’un entretien avec l’AFP, monsieur Billon a laissé entendre que le parti d’Henri Konan Bédié est favorable à une nouvelle CEI, avant la tenue de la présidentielle.

Pour le porte-parole de l’ancien parti unique de Côte d’Ivoire, la version actuelle de la CEI est passée de mode. « La Commission électorale indépendante répondait à l‘époque à une réalité qui était celle de la crise ivoirienne. Ce n’est plus la même aujourd’hui. Il faut coller à la réalité du moment », lâche-t-il.

L'exercice de toute fonction politique est facilité quand vous avez la légitimité.

L’actuelle CEI est-elle crédible ? A cette question que bon nombre de personnes se posent, Jean Louis Billon répond sans hésiter : « une CEI crédible et légitime est nécessaire pour crédibiliser les élections en 2020. Il faut la faire évoluer. On ne peut arriver en 2020 avec la même Commission qu’on avait en 2010. »

En clair, la CEI, dans sa version que nous lui connaissons en ce moment, souffre d’un manque de crédibilité. Du moins, si l’on s’en tient aux propos de monsieur Billon. Il ajoute même que cette remarque ne doit pas faire jaser, dans la mesure où l’objectif visé consiste à avoir en des élections crédibles. Pour l’ancien ministre, il est donc tout à fait naturel d’avoir une CEI crédible, pour aboutir à des élections aussi crédibles que la Commission chargée de les organiser.

Jean Louis Billon : « pour les personnes qui se font élire, il est important de savoir qu’elles ont aussi une légitimité et une crédibilité. L’exercice de toute fonction politique est facilité quand vous avez la légitimité. Moins vous avez une légitimité, plus difficile sera votre mission par la suite. Il y va de la stabilité même de la Côte d’Ivoire et de la force de nos institutions. »

Une situation politique opaque, à l’approche du scrutin

Le PDCI rejoint donc l’opposition, qui réclame à cor et à cri le changement de la CEI. Opposition qui a d’ailleurs essuyé la furia des forces de l’ordre lors d’une récente marche de protestation, en vue d’exiger le changement de la Commission, qui se fait désirer. Le plus vieux parti ivoirien est-il de ce fait en train de lorgner du côté de l’opposition ? Possible.

Le climat politique est plus que tendu en Côte d’Ivoire. L’approche de la présidentielle n’arrange pas les choses et pour cause ; en plus des interdictions de marches et autres divergences entre le PDCI (de Bédié) et le RDR (de Ouattara), la candidature du président Ouattara pour un troisième mandat reste un mystère, celle de Guillaume Soro aussi (l’ancien chef rebelle et actuel président de l’Assemblée nationale).

Le seul candidat déclaré officiellement à ce jour reste Mamadou Koulibaly, l’ancien président de l’Assemblée nationale et ex-membre du FPI (Front populaire ivoirien), le parti de l’ancien président Laurent Gbagbo.

Voir plus