Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Journée mondiale du théâtre : la Camerounaise Gnepo parlera pour l'Afrique

Journée mondiale du théâtre : la Camerounaise Gnepo parlera pour l'Afrique

Cameroun

La planète célèbre ce 27 mars la journée mondiale du théâtre. Instituée en 1961 par l’UNESCCO lors du 9è congrès de l’institut international du théâtre (ITI), cette journée est destinée à promouvoir le 6è art.

Il s’agit aussi d‘œuvrer “à encourager les échanges internationaux dans le domaine de la connaissance et de la pratique des Arts de la scène, stimuler la création et élargir la coopération entre les gens de théâtre, sensibiliser l’opinion publique à la prise en considération de la création artistique dans le domaine du Développement, approfondir la compréhension mutuelle afin de participer au renforcement de la Paix et de l’Amitié entre les peuples, s’associer à la défense des idéaux et des buts définis par l’UNESCO”.

Cette année, cinq personnalités célèbres de l’univers théâtral seront invitées à monter sur scène et livrer un message écrit pour décliner leur attachement au théâtre. Il s’agit de l’Indienne, Ram Gopal Bajaj, du Britannique Simon McBurney, du Libanais Maya Zbib et de la Mexicaine Sabina Berman. Et l’Afrique sera représentée par WereWere-Loking Gnepo.

Quel message livrera alors la sexagénaire ? Difficile de savoir. Mais il est fort possible que la plasticienne, écrivaine, dramaturge, marionnettiste, metteure en scène et actrice camerounaise parle beaucoup plus de son continent.

Cette Afrique où l’art et particulièrement le théâtre est resté ce parent pauvre qui peine à réaliser un essor conséquent. C’est aussi dans ce continent que la paix et l’unité constituent des denrées rares dans certains pays.

Née à Douala, WereWere-Loking Gnepo est basée à Abidjan. À travers son groupe de création aristique « Ki-Yi Mbock », la dramaturge veut œuvrer à la « la renaissance des arts africains, pour la naissance d’une culture panafricaine contemporaine et pour une rencontre et une reconnaissance des cultures du monde noir ».

Son amour avec le 6è art remonterait à la fin des années 1970. Elle est auteure des pièces de théâtre telles que « La Puissance de Um » (1979), « La Queue du diable » (1979), « Une nouvelle terre » (1980), « Le Parler-Chanter – Parlare Cantando (2003) ». Liking est également présente dans d’autres genres littéraires comme le roman « La Mémoire amputée » (2004) et la poésie avec « On ne raisonne pas avec le venin » (1977).

Des œuvres qui lui valu moult distinctions dont Prix littéraire Noma en 2005, Prix Prince Claus en 2000 et Prix Fonlon-Nichois de l’Université d’Alberta au Canada en 1993.