Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

"Un musée" pour le vinyle à Brazzaville

"Un musée" pour le vinyle à Brazzaville

Congo

Ils sont une dizaine de jeunes passionnés à veiller sur une collection de 200 000 vinyles, gardés à la maison culturelle de Biso na Biso, au Congo.

Rumba, Hip-hop, Salsa, Électro ou Reggae, tous les styles musicaux se chevauchent à la maison culturelle Biso na Biso (“entre nous”), à Brazzaville. Dans le quartier de Makélékélé, la maison abrite plus de 200 000 vinyles, de toutes les époques et de tous les continents.

Ce véritable sanctuaire musical est l‘œuvre de dix jeunes Congolais, réunis autour de leur passion : le vinyle et surtout la musique. Avec une grande précaution, l’un d’eux nettoie l‘électrophone, avant de jouer un 33 tour. “Cet appareil sert à jouer les disques vinyles : les 45 et les 33 tours”, explique-t-il.

600 000 vinyles perdus

Les disques ont envahi les étagères, les cartons, les murs et le sol. Dans les moindres recoins se cache un vinyle poussièreux.

Les membres de Biso na Biso regrettent la précarité des moyens de conservations, insuffisantes à leur yeux pour maintenir les vinyles en bon état.

Déjà 70 % de leurs vinyles auraient été saisis par un ancien propriétaire, en conflit pour la location d’un local. Des centaines d’autres disques seraient partis en fumée, dans un incendie.

Pour Jean-Basile Massamba, membre de l’association, il devient urgent de trouver une solution de conservation. « Les conditions dans lesquelles nous gardons ces disques-là, c’est hors des conditions standards dans lesquelles ils devraient être réellement conservés. La condition aurait été qu’il y ait une température adéquate. Mais, la plus belle femme ne peut donner que ce qu’elle possède. »

Un conservatoire pour les générations futures

Les membres ont réclamé aux autorités l’attribution d’un local de qualité et envisagent de créer un musée du vinyle dans les rues de Brazzaville. En attendant, ils organisent des conférences et des rencontres pour amener les jeunes à s’ouvrir à d’autres mondes musicaux et d’autres cultures.

« Nous avons comme objectif de servir de base de données pour les institutions tant nationales qu’ internationales. Éventuellement le plus grand objectif que nous avons, c’est de développer un musée ; puis un conservatoire où les gens devraient venir écouter la musique, apprécier, et même interpréter cette musique »

Pour ces passionnés, il ne s’agit pas seulement de musique mais d’un véritable pont entre le passé et le présent. Ils espèrent que ces témoins musicaux continueront de traverser les époques et d’inspirer de nouveaux talents.

Voir plus