Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Cameroun : le président du conseil d'administration du GCE board enlevé dans le Sud-ouest

Cameroun : le président du conseil d'administration du GCE board enlevé dans le Sud-ouest

Cameroun

Réactions après des actes de violence perpétrés samedi par des présumés séparatistes anglophones dans le sud-ouest du Cameroun.

Ivo Leke Tambo le président du Conseil d’administration du GCE board(General Certificate of education), – instance qui organise les examens officiels du cycle secondaire relevant du sous – système anglophone – a été enlevé aux alentours de la ville de Lewo selon plusieurs sources.

Une vidéo diffusée par des sources proches des milieux sécessionnistes montre ce haut fonctionnaire retenu dans un lieu indéterminé, assis par terre, à moitié nu.

Une autre vidéo disponible sur les réseaux sociaux montre l’attaque d’un bus ayant à son bord une trentaine de personnes par des individus armés se revendiquant des forces de l’Ambazonia Defence Force, un groupe armé de sécessionnistes anglophones.

Des attaques que condamne la population camerounaise.

“Je veux juste leur dire que tout le monde veut la paix. Personne ne veut la guerre dans ce pays. Je pense que nous sommes tous des Camerounais et nous voulons vivre en paix.” Implore Gisèle Gwimtah, cadre du Social democratic Front (SDF) parti de l’opposition.

“Nous les étudiants sommes concentrés à nos études ne devons pas être concernés déjà par cette affaire-là. Donc, je condamne avec force cet acte et j’attends des forces de maintien de l’ordre qu’ils essayent de traquer tout ceux-là, afin que cela ne puisse plus se reproduire.” Déclare Fréderic Manga, étudiant à l’université de Douala.

Les autorités camerounaises n’ont pour l’instant pas confirmé cet enlèvement, le dernier en date d’une série perpétrés au cours de ces dernières semaines. En février, un sous-préfet et le responsable régional du ministère des Affaires sociales dans le Nord-Ouest avaient été enlevés à Batibo (Nord-Ouest).

Samedi, quatre personnes ont été blessées toujours à Alou dans le Sud-Ouest, au cours d’une attaque perpétrée par des personnes armées non identifiées contre un convoi de voitures qui accompagnait le ministre délégué auprès du ministre de l‘Économie, toujours selon des sources proches des milieux sécuritaires.

La situation sécuritaire des régions anglophones du Cameroun s’est considérablement dégradée depuis que 47 séparatistes, dont leur leader Sisiku Ayuk Tabe, ont été extradés, fin janvier, du Nigeria vers le Cameroun.

Voir plus