Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon : première audience de la cour criminelle spéciale

Gabon : première audience de la cour criminelle spéciale

Gabon

Démarrée puis renvoyée au 20 mars, la première audience de la cour criminelle spéciale chargée de juger les auteurs présumés de détournement d’argent public s’est tenue au Gabon ce jeudi.

L’affaire oppose le Ministère Public à Blaise Wada, un ancien coordinateur général de l’Unité de coordination des études et des travaux.

Soupçonné d’avoir distrait de l’argent public dans le cadre de ses fonctions, Blaise Wada, chargé à cette époque de l’assainissement des bassins versant de Libreville, est arrêté il y a 14 mois puis mis en détention préventive à la prison centrale.

«C’est l’intérêt de notre pays, je crois qu’il y a eut trop de scandales financiers. La criminalité financière et économique a atteint des sommets et c’est pourquoi justement les plus hautes autorités ont pensées qu’il valait mieux arrêter ce cirque. Parce qu’on ne pouvait pas continuer comme cela” a declaré Me Bertrand Homa Moussavou représentant l’Etat.

Pour les avocats de Blaise Wada, à ce stade, la procédure ne serait pas respectée.

« Nous de la partie défenderesse, nous sommes sereins. Il s’agit de la démonstration des preuves, mais ce n’est pas la preuve de droit commun qu’il faudra démontrer aujourd’hui. C’est une preuve spéciale. C’est-à-dire qu’en matière de question publique, comment, de quelle façon peut-on poursuivre un agent public qui aurait détourné des fonds. C’est ça le problème aussi qui est posé » a martelé Me Martial Dibangoyi Loundou, avocat de Blaise Wada.

Le procès de monsieur Wada se tient dans le cadre de la traque initiée, il y a plus d’un an, par les autorités judiciaires contre « les fonctionnaires ou agents de l’Etat soupçonnés de détournements ou soustractions des deniers publics ou privés supérieurs à 250 000 francs CFA soit environ 400 euros ».

Les procès de plusieurs autres prévenus sont également annoncés, notamment, ceux de l’ancien ministre de l‘Économie, Magloire Ngambia et d’Etienne Dieudonné Ngoubou, ancien ministre du pétrole, tous deux en détention à la prison centrale de Libreville.

Voir plus