Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Lutte contre le terrorisme : la France réaffirme son soutien au G5 Sahel

Lutte contre le terrorisme : la France réaffirme son soutien au G5 Sahel

Burkina Faso

Le ministre français des affaires étrangères s’est rendu ce vendredi au Burkina Faso et au Niger. Objectif affiché : échanger avec les membres du G5 Sahel sur les stratégies de lutte contre le terrorisme et le trafic d‘êtres humains.

Jean-Yves Le Drian qui était accompagné de son collègue de l’intérieur Gérard Collomb, s’est d’abord rendu à Niamey. Dans la capitale nigérienne se tenait en effet une réunion de douze États européens et africains ainsi que des représentants de l’Union européenne, de l’Union africaine et des Nations unies sur la lutte contre le trafic illicite de migrants et la traite des êtres humains.

Le chef de la diplomatie française a ensuite échangé avec les ministres des pays du G5 Sahel, une coalition politico-militaire antiterroriste composée du Tchad, du Mali, du Niger, de la Mauritanie et du Burkina Faso. Cinq pays fortement vulnérables aux attaques terroristes. Comme celles du 2 mars dernier à Ouagadougou ayant fait officiellement près de 8 morts dans les rangs des forces armées burkinabè.

La solidarité de la communauté internationale se présente donc comme une obligation contextuelle. La France en est fort consciente qu’elle a délégué son ministre des affaires pour traduire sa volonté d’appuyer le G5 Sahel en général et le Burkina en particulier dans la lutte contre le terrorisme. « Jean-Yves Le Drian aura un entretien avec le président Roch Marc Christian Kaboré, auquel il réaffirmera la volonté de la France de maintenir un partenariat dense avec le Burkina Faso, conformément aux engagements exprimés par le président de la République à Ouagadougou le 28 novembre », peut-on lire sur le site du Quai d’Orsay.

Et ce n’est pas du vent. Si près de 414 millions d’euros (sur les 480 attendus) ont déjà été rassemblés pour financer le G5 Sahel, c’est en partie aux multiples plaidoyers de l’Hexagone auprès des institutions et autres pays.

Voir plus