Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Guinée : Alpha Condé sous pressions

Guinée : Alpha Condé sous pressions

Guinée

D’un côté la grève qui paralyse depuis mi-février le secteur de l‘éducation. De l’autre, des manifestations de l’opposition qui réclame la restitution des sièges « volés » aux élections locales du 4 février. Les nuits du Chef de l’Etat guinéen semblent agitées ces derniers temps.

Une journée de mardi fort agitée à Conakry. Des heurts ont opposé des manifestants aux forces de l’ordre lors d’une nouvelle journée de protestations orchestrée par l’opposition. Après une journée “ville morte” lundi, la seconde en un mois, des jeunes ont à nouveau érigé des barricades et brûlé des pneus dans plusieurs quartiers de la capitale guinéenne, selon un correspondant de l’AFP.

Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants qui leur lançaient des pierres, selon la même source.

Tant qu'on ne restituera pas nos suffrages volés, nous ne quitterons pas la rue

L’opposition guinéenne dénonce les résultats des élections locales du 4 février, qui selon la Commission électorale nationale (CENI) ont été remportées par le RPG, le parti du président Alpha Condé. “Tant qu’on ne restituera pas nos suffrages volés, nous ne quitterons pas la rue”, a déclaré mardi à l’AFP l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo, chef de file du principal parti de l’opposition (l’UFDG).

Un agenda caché de l’opposition ?

Les “revendications de l’opposition ne visent qu‘à créer l’anarchie pour déstabiliser le régime d’Alpha Condé”, a répliqué le chef du groupe parlementaire du RPG, Amadou Damaro Camara. “Ce qu’ils n’ont pas obtenu dans les tribunaux, ils veulent l’obtenir dans la rue”, a ajouté M. Camara, en accusant l’UFDG d’avoir un “agenda caché” afin “d’arriver au pouvoir” avant les présidentielles prévues en 2020.

Déclenchée pour réclamer des augmentations de salaire, une grève paralyse par ailleurs depuis le 12 février le secteur de l‘éducation. Lors de manifestations quasi quotidiennes, des élèves et leurs parents reprochent au chef de l’Etat d’avoir laissé le conflit s’enliser.

Face à une telle situation, le Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté, a préconisé mardi l’envoi d’une “force d’interposition” de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

De nouvelles manifestations et une troisième journée “ville morte” sont prévues mercredi à Conakry.

Combinés à une série d’autres comme les morts lors des manifestations, ces faits montrent jusqu‘à quel point Alpha Condé semble désavoué par son peuple. En témoigne par exemple l’accueil on ne peut plus désagréable voire impertinent que lui ont réservé le 8 mars, des Guinéennes à une cérémonie organisée à l’occasion de la journée internationale des droits de la femme. La gent féminine de son pays dénonce les mauvais résultats de sa gouvernance. “Puisque tu es incapable, laisse tomber”, avait lancé une femme.

Reste à savoir comment l’ancien opposant historique arrivé au pouvoir en 2010 entend s’y prendre pour rebondir.

>>> LIRE AUSSI : Guinée : le président Alpha Condé hué par des femmes

Voir plus