Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La difficile vie des retraités tchadiens

La difficile vie des retraités tchadiens

Tchad

Comme lors de la publication des résultats d’un examen, avoir son nom sur cette précieuse liste relève souvent du miracle.

À la caisse des retraités de N’Djamena, le paiement des pensions laisse souvent la place à des cours de remobilisation. Depuis janvier, le gouvernement a enclenché le paiement du dernier trimestre de 2017 et les pensionnaires sont presque à l’agonie. Même si, le président de la commission suivi et traitement des pensions des retraités du Tchad se montre rassurant.

“Il n’y a pas d’intermédiaire. Des ayants droits touchent individuellement leur pension. Aujourd’hui, malgré les difficultés du pays, le gouvernement paie le 4e trimestre de 2017 avec le concours des partenaires internationaux…”, explique Mahamat Hassan Abakar.

Des droits perçus en intégralité pour certains et à moitié pour d’autres. Normalement, la pension au Tchad devrait respecter le salaire minimum garanti plafonné à 60.000 francs CFA. Environ 110 dollars américains.

“….Quand ils viennent pour payer on nous traîne jusqu’à, maintenant, on est au 4e coupon 2017. 2018 pas encore. Et pour joindre les deux bouts, c’est difficile. La vie est chère à N’Djamena”, pointe Diontar Ngon-Nadji.

Une rude existence au quotidien à laquelle Shi Djibéal est confronté, ancien lieutenant de la gendarmerie à la retraite depuis 1996 ; il essaie de vivre avec une pension quasi-inexistante.

“Aller à la retraite au Tchad, c’est aller à la mort parce que tu ne gagnes pas. Tu es malade, tu ne peux pas te soigner, tu ne manges pas à ta faim. Si tu trouves un repas dans la journée c’est un record pour toi…”, souligne Shi Djibéal.

Shi Djibéal n’est pas un cas isolé au Tchad , ils sont plus de 30.000 retraités dans le pays qui se disent oubliés par les autorités.

Voir plus