Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Congo : la base de données d'une ONG des droits de l'homme volée

Congo : la base de données d'une ONG des droits de l'homme volée

Congo

<p><strong>La Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (<span class="caps">RPDH</span>) a été victime d’un vol avec effraction la semaine dernière. Pour l’<span class="caps">ONG</span> des droits de l’homme, l’acte semble lié au contexte.</strong></p> <p>Le vol a eu lieu dans la nuit du 8 au 9 mars derniers. « Des ordinateurs et divers autres objets de manière sélective (choix des outils opérationnels et documents, notamment 6 ordinateurs portables, plusieurs clés <span class="caps">USB</span>, un appareil photo de marque canon, un téléphone portable de marque Samsung, un micro projecteur…) ont été emportés », explique un communiqué rendu public le 10 mars dernier par la <span class="caps">RPDH</span> et l’Observatoire congolais des droits de l’homme (<span class="caps">OCDH</span>).</p> <iframe src="https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Frpdh.cg%2Fposts%2F1731363026887148&width=500" width="500" height="275" style="border:none;overflow:hidden" scrolling="no" frameborder="0" allowTransparency="true"></iframe> <p>Si les auteurs ne sont pas encore identifiés, les deux <span class="caps">ONG</span> des droits humains estiment que le caractère sélectif du vol procède d’une entreprise visant à réduire les capacités opérationnelles de la <span class="caps">RPDH</span>. « Les organisations signataires (du communiqué, <span class="caps">NDLR</span>) estiment que ce mode opératoire fait penser d’une part, à une entreprise punitive contre une ong de défense des droits humains et renseigne d’autre part, quant à une volonté de priver l’organisation de sa base de données et outils de travail », poursuit le document qui ajoute que les membres de la <span class="caps">RPDH</span> seraient victimes ces derniers temps des menaces verbales sans pour autant préciser leur provenance.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Communiqué de presse conjoint <span class="caps">RPDH</span>, <span class="caps">OCDH</span> <a href="https://t.co/xjLpyddyd9">https://t.co/xjLpyddyd9</a> <a href="https://t.co/547tNW42nW">pic.twitter.com/547tNW42nW</a></p>— Rencontre pour la Paix et les Droits de l’Homme (@RPDH7) <a href="https://twitter.com/RPDH7/status/972423596197990405?ref_src=twsrc%5Etfw">10 mars 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Et de rappeler les projets dits « sensibles » sur lesquels travaillent la <span class="caps">RPDH</span> et d’autres <span class="caps">ONG</span>. « La <span class="caps">RPDH</span> et l’OCDH rappellent qu’il est du devoir du gouvernement d’assurer le respect de ses engagements internationaux dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative pour la transparence des industries extractives (<span class="caps">ITIE</span>), de l’Accord de partenariat volontaire (<span class="caps">APV</span>) avec l’Union européenne sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (<span class="caps">FLEGT</span>) et de la <span class="caps">REDD</span>+, en garantissant la liberté, l’intégrité et l’indépendance de la société civile partie prenante à ces initiatives ».</p> <p>Les deux <span class="caps">ONG</span> demandent ainsi aux autorités de mener des investigations afin que les auteurs soient démasqués.</p>
Voir plus