Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : l'accueil du fils du président par un ministre fait débat

Nigeria : l'accueil du fils du président par un ministre fait débat

Nigéria

De retour d’Allemagne où il subissait des soins, Yusuf Buhari a été accueilli le 28 février au tarmac par le ministre de la Santé du Nigeria. Des Nigérians très remontés.

Le fils du président de la République a-t-il les mêmes prérogatives que son père ? C’est en tout cas l’impression que vient de donner le ministre nigérian de la santé. Lui qui a constitué hier le comité d’accueil chargé de recevoir au tarmac, Yusuf Buhari de retour d’Allemagne.

Le fils de Muhammadu Buhari rentre d’un séjour de deux mois. Au pays de Bismarck, Yusuf Buhari subissait des soins médicaux pour se remettre des blessures sur la tête et d’une fracture sur un membre à cause d’un accident de vélo en décembre dernier à Abuja.

Mais, si les Nigérians se sont montrés solidaires des Buhari à travers des prières, l’accueil du fils du chef de l’Etat par un ministre fait débat dans les réseaux sociaux. Nombreux sont en effet ceux qui conçoivent mal qu’un ministre de la République soit mobilisé officiellement pour accueillir au tarmac le fils du président de la République alors que ce dernier n’a aucune fonction officielle pour avoir droit à de tels honneurs.

D’autres dénoncent l’ostentation de la richesse des Buhari, car « le fils pouvait bien se faire traiter dans les structures de la place, plutôt que de gaspiller l’argent du contribuable »

Des critiques que semble ignorer la première dame Aïsha Buhari qui a remercié les Nigérians d’avoir soutenu la famille présidentielle pendant « ce moment éprouvant ». Comme les 100 jours passés l’année dernière à l‘étranger par Muhammadu Buhari pour une maladie non encore divulguée.

Et Buhari est loin d‘être le seul Chef d’Etat africain à se faire traiter à l‘étranger. Alors que la plupart de ces dirigeants se félicitent souvent d’avoir amélioré de « manière significative » les infrastructures sanitaires de leurs pays.

Voir plus