Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Djbouti : le parti au pouvoir se dit large vainqueur des législatives

Djbouti : le parti au pouvoir se dit large vainqueur des législatives

Djibouti

<p><strong>Le parti du président Ismaël Omar Guelleh, en poste depuis 1999, a revendiqué une large victoire aux législatives de vendredi à Djibouti, obtenant près de 90 % des sièges lors d’un scrutin boycotté par une large partie de l’opposition.</strong></p> <p>L’Union pour la majorité présidentielle (<span class="caps">UMP</span>) a remporté 58 des 65 sièges de députés, soit trois de plus que lors du scrutin de 2013, a annoncé dimanche soir à l’<span class="caps">AFP</span> un haut responsable du parti au pouvoir, Mohamed Abdallah Mahyoub.</p> <p>Aucun chiffre concernant la participation n’a été fourni. Quelque 194.000 électeurs étaient inscrits dans cette ancienne colonie française, indépendante depuis 1977 et qui occupe une position stratégique à l’entrée de la mer Rouge.</p> <p>L’<span class="caps">UMP</span> a remporté tous les sièges en dehors de Djibouti-ville et 28 des 35 sièges dans la capitale, les sept autres revenant à l’<span class="caps">UDJ</span>-<span class="caps">PDD</span>. </p> <p>M. Guelleh, au pouvoir depuis 1999, avait aisément été réélu (86,68 %) lors de l‘élection présidentielle de 2016, en profitant de la division de l’opposition, dont une grande partie avait boycotté le scrutin.</p> <p>Le même scénario s’est répété pour ces élections législatives. Le <span class="caps">MRD</span>, le Radde et une branche de l’<span class="caps">ARD</span> ont décidé de ne présenter aucun candidat. D’autres partis d’opposition ont choisi au contraire de participer, mais ils n’ont aligné de candidats que dans certains endroits : le <span class="caps">CDU</span> à Ali Sabieh (sud), l’<span class="caps">UDJ</span>-<span class="caps">PDD</span> à Djibouti-ville et l’autre branche de l’<span class="caps">ARD</span> à Tadjourah (centre).</p> <p>Ceux qui ont prôné le boycott estimaient que ces élections ne pouvaient en aucun cas être justes et transparentes, et que les partis d’opposition qui y prenaient part ne faisaient que cautionner le régime.</p> <p>Une innovation marquait ce nouveau scrutin législatif, puisque la loi prévoit désormais que 25 % des sièges de députés sont réservés à des femmes, contre 10 % auparavant.</p> <p>Ce quota a été presque atteint, 15 femmes, dont 14 de l’<span class="caps">UMP</span> et une de l’<span class="caps">UDJ</span>-<span class="caps">PPD</span>, ayant été élues, selon M. Mahyoub.</p> <p><strong><span class="caps">AFP</span></strong></p>
Voir plus