Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Le câble sous-marin SACS atteint le continent à Fortaleza, au Brésil

Le câble sous-marin SACS atteint le continent à Fortaleza, au Brésil

Angola

Angola Cables, une multinationale des télécommunications, a annoncé que le Réseau de câbles de l’Atlantique Sud (South Atlantic Cable System ou SACS) a touché terre à Fortaleza, sur la côte brésilienne.

L’arrivée et l’installation du SACS sur la côte brésilienne constituait « une étape stratégique importante pour l’entreprise, l’Angola et l’Afrique, s’agissant d’un premier lien direct entre les Amériques et le continent africain offrant un routage plus rapide et une capacité supérieure », a estimé António Nunes, le PDG de la société.

Actuellement en phase de finalisation, le SACS devrait être entièrement opérationnel d’ici le troisième trimestre de 2018. Le câble sous-marin est l’un des systèmes de télécommunications sous-marins les plus avancés et aura une capacité initiale de 40 Tbits/s

(100 Gbits/s x 100 longueurs d’onde x 4 paires de fibre).
« Une fois que le SACS aura été entièrement mis en service, nous observerons une amélioration significative des communications et du partage de contenu entre l’Angola, les pays africains et les Amériques.

Grâce au SACS, le retard accusé par la transmission de contenu numérique, connu sous le nom de latence, sera divisé par cinq et passera de 350 millièmes de seconde à un peu plus de 60 millièmes de seconde. »

« Les investissements réalisés par Angola Cables et ses partenaires dans les systèmes de câbles sous-marins, tels que le West African Cable System (WACS) et le réseau Monet – reliant l’Amérique du Nord et du Sud – ainsi que d’autres investissements dans des infrastructures terrestres, notamment les centres de données, rendent les réseaux de communication mondiaux accessibles. Ils réorientent également le trafic Internet mondial et font de l’Angola un pôle de télécommunications majeur en Afrique subsaharienne. » a conclu António Nunes.

Voir plus