Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Inspire Middle East

inspire-middle-east

Rencontre avec Elie Saab chez lui à Beyrouth

Rencontre avec Elie Saab chez lui à Beyrouth

Inspire middle east

Elie Saab nous a convié chez lui, dans sa maison de Beyrouth, au Liban, pour un café et pour discuter afin de comprendre ce qui l’inspire. Son histoire est bien connue. Il dessinait pour ses sœurs à l’âge de 9 ans, a fondé son atelier à 18 ans, en pleine guerre civile au Liban. L’objectif était de comprendre l’homme aux multiples visages dont le nom est aujourd’hui indissociable de son pays. L’un de ses fils ainsi que son épouse nous ont rejoint pendant l’interview.

Maithreyi Seetharaman : La légende dit que vous avez appris tout seul à coudre ?

Elie Saab : Depuis que j’ai 9 ans je suis très à l’aise pour coudre des robes, ça a toujours été quelque chose de très facile pour moi. Je n’aime pas les aiguilles. Je préfère imaginer et couper. J’aime quand il y a un esprit industriel, pour donner ces effets de broderies à une robe.

M S : A quel point est-ce différent aujourd’hui de vos débuts de créateur, avec vos petites économies ? La situation est-elle différente pour les créateurs aujourd’hui ?

E S : Aujourd’hui il y a beaucoup de concurrence. Un créateur doit avoir son identité. Je trouve que la jeune génération est très talentueuse mais c’est important d’être à l’écoute, de rester calme et modeste.

M S : Quand on veut créer une entreprise qui se transmette aux générations futures, il faut d’abord inspirer ses propres enfants. Voyons maintenant si Eli Junior est aussi modeste que son père. Dîtes-nous ce qui vous inspire le plus chez votre père ? Parce que si on l’écoute, la modestie est vraiment la clé pour nos enfants aujourd’hui.

Elie Junior : Je crois que c’est l’inspiration d’une vie.

M S : Vous ne dites pas ça pour le flatter ?

Elie Junior : Non, honnêtement, le voir se sacrifier, travailler 24 h/24 7 jours sur 7 la plupart du temps pour réussir permet de vraiment comprendre quelle énergie il a dépensé pour arriver là.

M S : Elie, à quel point le fait de travailler avec votre fils a changé votre vision et apporté des changements ? Je parle ici de prêt- à porter, de lunettes de soleil, de e-commerce…


E S : Je crois que la présence de mes enfants avec moi dans l’entreprise, honnêtement, donne une autre saveur. Je suis plus détendu. Je crois que la première génération est dans mon entreprise. Et ca me suffit pour être heureux.

Elie Junior : Etre capable de traduire sa vision en ligne était important pour le futur de l’entreprise.

E S : Jusqu‘à maintenant, je n’étais pas sur le digital. Il m’a fait entrer dans son époque.

M S : Dites-nous ce que fait le marque Eli Saab avec « The Girl of now » et pour la cause des femmes ?

Elie Junior : “The girl of now” est une initiative qui met en avant des réussites de femmes dans différents domaines. On a vu qu’on avait un public très nombreux chez les 18/25 ans sur les réseaux sociaux. Ils regardent la marque, la suivent et on a pensé qu’il était important d’éduquer (instruire) ces followers parce qu’un jour ils pouvaient aussi avoir des expériences réussies et surmonter leurs obstacles.

E S : Je crois maintenant que la vie des femmes prend une autre dimension. La définition de la femme est ici : le pouvoir est plus visible qu’avant.

M S : En parlant de femme de pouvoir, voici Claudine, l‘épouse d’Elie Saab. Dit-il la vérité quand il dit que l’époque des femmes de pouvoir est maintenant ? Comment fonctionne votre collaboration ?

Claudine Saab : C’est très très très simple. Nous avons besoin d’espace et de respect. Il a son travail, et j’ai le mien aussi, j’ai beaucoup de choses à faire. Pour le soutenir et pour gérer les problèmes des garçons.

E S : C’est un travail important.

Claudine : Vraiment, parce qu’élever trois garçons n’a pas été facile.

E S : Quatre, elle a quatre garçons (rires).

M S : Je ne vais même pas demander ce qui s’est passé avec le quatrième garçon… la question est quand vous la regarder et que vous regardez tout ce qu’elle a fait pour la marque Eli Saab, pensez-vous qu’elle est votre muse artistique ou votre muse pour le business. Que représente Claudine ?

E S : Je crois que Claudine est ma muse éternelle parce que notre relation est très particulière. Ca dépasse le fait d’être ma femme. Honnêtement.

Claudine : C’est mon ami.

E S : Je crois que sans Claudine ça ne serait pas la même chose.


Dans la deuxième partie de l‘émission, Rebecca McLaughlin Duane décrypte depuis Abu Dhabi la tendance de la “mode pudique” au Moyen-Orient. Un marché en plein essor.

“Les tenues traditionnelles sont tendance. Et s’habiller simplement, complètement moderne. On le voit dans la rue aux Emirats Arabes Unis. Selon un rapport de Reuters sur l’état de l’économie des pays musulmans, les Emirats Arabes Unis sont parfaitement positionnés pour maîtriser ce marché en pleine croissance.

En 2022, les dépenses des musulmans pour les vêtements conservateurs dans le monde devraient atteindre 373 milliards de dollars et les Emirats Arabes Unis s’efforcent de devenir le centre régional de la mode islamique.

Placer la mode pudique à l’avant-garde dans les années à venir se fera grâce aux influenceurs et aux réseaux sociaux qui seront de plus en plus nombreux. Et si les grandes marques répondent à la demande du public, alors il se peut qu’elles arrivent à couvrir tout ce marché qui pèse plusieurs milliards de dollars”, explique Rebecca McLaughlin Duane.

Voir plus