Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Crise politique au Togo : le dialogue fixé au 15 février

Crise politique au Togo : le dialogue fixé au 15 février

Togo

Au Togo, pouvoir et opposition autour d’une même table dans près de deux semaines. Selon des émissaires des Chefs d’Etats guinéen et ghanéen, médiateurs de la crise togolaise, c’est le 15 février prochain qu’aura lieu le dialogue tant attendu pour mettre fin à ce différend politique.

Cette annonce a été faite après la mission de travail effectuée au Togo par le ministre ghanéen de la sécurité nationale, Albert Kan-Dapaah, et Tibou Kamara, ministre d’Etat guinéen. Un séjour a permis aux deux délégués de « faire le point de la situation » au Togo.

Une situation politique des plus chaotiques depuis août dernier. À l’appel d’une coalition de 14 partis d’opposition, des Togolais descendent régulièrement dans la rue pour réclamer la restauration dans la constitution de la limitation à deux du nombre du mandat présidentiel à deux sans effet rétroactif et le départ de Faure Gnassingbe, au pouvoir depuis 2005 après la mort de son père qui a régné plus de 37 ans sur le Togo.

Mais, une crise qui devrait arriver à son terme sous peu. Tant les consultations menées par les émissaires des médiateurs semblent concluantes. D’après les deux délégués des médiateurs, les acteurs de la crise togolaise se sont accordés sur la suspension des manifestations dès la date de publication du communiqué sanctionnant ces consultations. Ce, jusqu‘à la date du dialogue et pendant ces pourparlers.

Or, des partisans de l’opposition ont été arrêtés durant les manifestations. Une question qui a été définie comme préalable à l’ouverture du dialogue. « Les situations des personnes faisant l’objet de détention provisoire dans le cadre de l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, seront examinées de manière prioritaire à l’ouverture du dialogue, dans un esprit d’apaisement », explique encore le communiqué. Cerise sur le gâteau, le document précise que l’agenda et la liste des représentants de chaque camp seront définis lors des travaux primaires de ce dialogue inter-togolais qui pointe à l’horizon.

La proposition de médiation d’Alpha Condé et Nana-Akufo-Ado « visant à favoriser et à soutenir le dialogue politique inter-togolais » semble avoir fait l’unanimité au sein de la classe politique togolaise. Quitte à en finir avec six longs mois d’incertitude.

Or, des partisans de l’opposition ont été arrêtés durant les manifestations. Une question qui a été difinie comme préalable à l’ouverture du dialogue. « Les situations des personnes  faisant l’objet de détention provisoire dans le cadre de l’affaire des incendies des marchés de Kara et de Lomé, seront examinées de manière prioritaire à l’ouverture du dialogue, dans un esprit d’apaisement », explique encore le communiqué. Cérise sur le gâteau, le document précise que l’agenda et la liste des rep^résentants de chaque camp seront définis lors des travaux primaires de ce dialogue inter-togolais qui pointe à l’horizon.

La proposition de médiation d’Alpha Condé et Nana-Akufo-Ado « visant à favoriser et à soutenir le dialogue politique inter-togolais » semble avoir fait l’unanimité au sein de la classe politique togolaise. Quitte à en finir avec six longs mois d’incertitude.

Voir plus