Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sommet de l'UA : Paul Kagame parvient à calmer la colère de ses pairs contre Trump

Sommet de l'UA : Paul Kagame parvient à calmer la colère de ses pairs contre Trump

Ethiopie

Le calme après la tempête. La passe d’armes entre chefs d’Etat africains et leur homologue américain Donald Trump accusé d’avoir injurié l’Afrique n’aura finalement pas lieu, suite à l’intervention du nouveau président en exercice de l’Union africaine.

Il y a plus d’une semaine, l’Afrique se montrait outrée par des commentaires grossiers attribués au président américain Donald Trump. Ce dernier aurait traité les pays africains et Haïti, de “pays de merde”, lors d’une réunion sur l’immigration tenue à la Maison Blanche.

Après le choc né de ces présumées déclarations, le numéro un américain a contesté avoir tenu de tels propos, même si, reconnu-t-il, il avait tenu de durs propos. Quoique, l’Union africaine avec en tête Moussa Faki, avait exigé des “rétractations” et “excuses” du président américain. L’organisation avait même prévenu qu’elle ne resterait pas “silencieuse” face aux propos de “mépris et de haine” de Donald Trump.

Mais, il se pourrait que la méthode change, et que l’Union africaine sursoie à un projet de déclaration commune qui aurait été très ferme. À présent, un ton plus diplomatique et stratégique semble avantagé. La raison ? La médiation du président rwandais Paul Kagame, installé dans ses nouveaux habits de président en exercice de l’Union africaine lors du sommet des chefs d’Etat qui s’est refermé ce lundi 29 janvier.

... vu que les Etats-Unis ont décidé de nous donner Trump comme président, nous n'avons autre choix que de collaborer avec ce président

“J’ai rencontré le président des Etats-Unis. Et le président des Etats-Unis est Trump”, a déclaré le président Kagame lors d’une conférence de presse à Addis-Abeba. “Le plus important pour moi, c‘était de rencontrer le président des Etats-Unis. Et vu que les Etats-Unis ont décidé de nous donner Trump comme président, nous n’avons autre choix que de collaborer avec ce président”, a-t-il poursuivi.

“Le président Trump a écrit une lettre à la Commission de l’UA qui s’adresse aux chefs d’Etat africains, leur souhaitant tout le succès et indiquant qu’il est prêt à collaborer avec l’Afrique”, a ajouté Paul Kagame.

>>> LIRE AUSSI : “Trump adresse de Davos “ses sentiments chaleureux” aux Africains”:http://fr.africanews-direct.bce.lu/2018/01/26/trump-adresse-de-davos-ses-sentiments-chaleureux-aux-africains/

En effet, c’est depuis le forum de Davos que Paul Kagame a été fait médiateur en Afrique par son homologue américain. Cette mission a été appuyée par un courrier envoyé par Trump quelques heures avant le début du sommet des chefs d’Etat, le 28 janvier, dans lequel il exprimait un “profond respect” pour les pays africains.

En réaction, le président de la Commission, Moussa Faki a simplement confirmé la correspondance de Donald Trump et dit en avoir pris “bonne note”. Rien de plus sur ce sujet qui avait agité les diplomaties africaines.

Encore que ce sujet a été éclipsé par une autre controverse qui, à l’inverse, a suscité moins de réactions. Une affaire d’espionnage de la Chine depuis le siège de l’Union africaine – offert gracieusement par l’empire du milieu -, selon un article du journal français Le Monde.

“Je pense qu’il s’agit d’une histoire sensationnelle, mais elle est aussi complètement fausse et une absurdité”, a rapidement réagi l’ambassadeur chinois à l’UA, Kuang Weilin, en marge du sommet de l’organisation panafricaine.

Voir plus