Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RCA : la ville de Paoua voit le retour des forces armées du pays

RCA : la ville de Paoua voit le retour des forces armées du pays

République Centrafricaine

Les faca (Forces armées centrafricaines), qui étaient frappées d’une mise à pied par le comité de sanctions de l’ONU pour leur implication dans la crise en RCA, sont de retour dans la ville de Paoua. Ils sont au total 72 militaires à fouler le sol de la ville.

C’est dans la nuit de jeudi dernier que les Faca ont effectué leur retour à Paoua. La ville est devenue le refuge de plus de 65.000 personnes qui ont fui les horreurs des combats entre groupes armés.

Les Forces armées de la RCA sont déployées dans la ville-refuge afin d‘épauler la Minusca (Mission des Nations unies en Centrafrique) dans sa plus que difficile tâche de sécuriser ce pays meurtri par des affrontements intercommunautaires et interreligieux. Un cocktail forcément explosif.

Quand vous allez rentrer chez vous à la base, ils vont de nouveau s'en prendre à nous et encore voler nos motos.

Mais qu’en est-il de la présence des Faca sur le terrain ? Illustration dans le village de Pounambo, à 12 kilomètres de Paoua. Ici, un chef milicien de Révolution et justice (un groupe armé qui rackette les villageois) vient de se faire arrêter par la Minusca et les Faca.

Une présence pas forcément rassurante pour tout le monde

Après plus de quatre ans d’absence des Faca sur le terrain, les villageois de Pounambo peuvent leur parler face à face. Et cela ne se passe pas de manière idyllique. « Quand vous allez rentrer chez vous à la base, ils (les Faca) vont de nouveau s’en prendre à nous et encore voler nos motos. Ils vont savoir que l’on vous a parlé, ça va encore créer des problèmes et nous, on va encore souffrir. » , témoigne un villageois, la peur au ventre.

Pour sa part, Eric Gambi, le capitaine du premier bataillon d’infanterie des Faca, tente d’effacer les appréhensions : « ça nous donne du courage de voir des militaires se déployer sur le terrain et de ne pas rester stable dans la capitale. C’est le programme de nos chefs hiérarchiques et du gouvernement de rétablir l’autorité de l’Etat sur toute l‘étendue du territoire centrafricain. »

Selon certaines sources, le but premier des Faca (qui patrouillent conjointement avec la Minusca) est de se montrer aux populations. Mais les habitants restent sur leur garde, comme le témoigne Hamza, qui souligne qu’ « on a vu que les Faca sont arrivés à Paoua et on veut qu’ils montrent l’exemple. Nous, on veut seulement la paix ici. À Paoua, on a assez souffert. »

La présence des Faca à Paoua est sensée durer un mois. Ce qui permettrait de changer la donne, quant à la trop grande dépendance des Centrafricains vis-à-vis de la Minusca en matière de protection des civils.