Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : un député du PDCI a-t-il giflé une policière ?

Côte d'Ivoire : un député du PDCI a-t-il giflé une policière ?

Côte d'Ivoire

Yah Touré, député du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), est mis en examen par la justice ivoirienne pour « violences sur un agent de police » à Abidjan.

L’honorable Yah Touré va devoir passer cette nuit dans une cellule de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), en attendant son jugement prévu dans quelque deux semaines. C’est la décision prise ce matin par le procureur du tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau après l’interrogatoire du député du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) de l’ancien président Henri Konan Bédié.

Motifs ? Il est mis en examen pour « outrages » et « violences sur agent de police, dans l’exercice de ses fonctions ». Et d’après des témoignages cités par des médias ivoiriens et étrangers, tout aurait commencé le 26 janvier dernier. À bord de sa voiture, Yah Touré venait d’arriver au feu tricolore d’un centre commercial de Cocody. Comme d’habitude, ce feu était embouteillé. Voulant doubler la longue file de voitures pour aller se mettre au chevet d’un malade hospitalisé, le député a été interpellé par la policière.

C’est ainsi qu‘éclate le différend entre la policière et l’honorable Touré. Et ce dernier va administrer une gifle à l’agent de policière routière. À en croire les témoignages, le député se serait précipité dans son véhicule pour se sauver si la foule attirée par la dispute n’avait pas encerclé sa voiture. Mais, les deux protagonistes auraient fumé le calumet de la paix, puisqu’ils se seraient même échangé des numéros de téléphone. Ce qui signifie que l’affaire a été réglée à l’amiable. Difficile donc de comprendre que l’affaire ait connu un rebondissement.

Toutefois, si la justice se dit déterminée à dire le droit sur ce litige, elle devrait se heurter à l’Assemblée nationale qui s’oppose déjà à ce procès en demandant « la suspension de la poursuite du député en application des dispositions de l’article 92, alinéa 3 de la Constitution, et de l’article 45 alinéa 3 du règlement de l’Assemblée nationale », relative à l’immunité parlementaire du député.

L’affaire pourrait avoir également des conséquences politiques notamment au sein de la Majorité présidentielle regroupée autour du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). En effet, des sources concordantes évoquent une certaine crise entre le PDCI et le Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara à la veille des élections qui auront lieu cette année.

Voir plus