Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

G5 Sahel : l'aide du Japon sollicitée

G5 Sahel : l'aide du Japon sollicitée

France

Et si le Japon fournissait une aide matérielle ou financière au G5 Sahel ! C’est le vœu le plus ardent de la France qui souhaite accroître l’efficacité de la force militaire multinationale dans la lutte contre le terrorisme.

La ministre française de la Défense Florence Parly et son collègue des Affaires étrangères Jean Yves Le Drian ont échangé hier à Tokyo avec leurs homologues japonais dans le cadre des discussions dites « 2+2 ». Des retrouvailles qui ont eu lieu dans un contexte où le Mali, le Tchad, le Niger, la Mauritanie et le Burkina Faso sont souvent victimes d’attaques terroristes de grande envergure de la part des jihadistes.

Ayant constitué une force militaire conjointe appelée G5 Sahel, ces cinq pays africains peinent souvent à se défaire des jihadistes dont la capacité de nuisance n’est plus à démontrer. Parmi les écueils ou difficultés, le déficit en logistique. Et la logistique, ça se cherche et ça s’acquiert.

En envoyant ses deux ministres à l’extrémité de la Terre, la France estime que les Samouraïs peuvent contribuer aux efforts accomplis par le G5 Sahel. « De nombreux pays aux histoires et aux cultures très diverses ont déjà accepté de s’associer à cet effort et ici à Tokyo nous avons ensemble dit combien toute aide que le Japon déciderait d’apporter au G5 Sahel serait extrêmement précieuse », a déclaré Florence Parly.

Il faut davantage de contributions

Certes les 250 millions d’euros nécessaires au lancement du G5 Sahel, sont quasiment déjà réunis grâce aux cotisations des pays membres (10 millions chacun) et des promesses de donateurs comme l’Arabie Saoudite (100 millions), l’Union européenne (100 millions) et les États-Unis (60 millions de dollars). Mais, l’abondance des aides ne nuit pas. Il faut donc davantage de donateurs.

Et lors d’un sommet qui aura lieu le 23 février prochain, la France pourrait accentuer son plaidoyer pour attirer davantage de contributeurs aux efforts du G5 Sahel afin que la coalition gagne en efficacité face au terrorisme.