Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des réfugiés centrafricains exilés de l'autre côté de la rivière au Congo

Des réfugiés centrafricains exilés de l'autre côté de la rivière au Congo

République démocratique du Congo

Plus de 60 000 personnes de la République Centrafricaine ont fui par les rivières Oubangui et Mboumou vers la République démocratique du Congo (RDC) limitrophe, depuis que les combats ont éclaté en mai entre des groupes armés rivaux.

Jude-Elie Zoumi et ses amis descendent la rivière Oubangui vers la République démocratique du Congo (RDC). Ils consacrent la plupart de leur temps à la pêche, après avoir été obligés de fuir la République Centrafricaine (RCA).

Ses amis et lui font partie des 60 000 réfugiés qui ont fui par la rivière dans les pirogues vers la RDC, depuis que les combats entre groupes armés ont éclaté en mai.

Des centaines de maisons dans le sud-est du pays sont à présent vides.

“Tout le long de ce chemin jusqu‘à cette montagne-là, il n’y a pas une seule personne qui est restée. Tout le monde a fui”, raconte Jude-Elie Zoumi.
 
Les hommes se débrouillent pour leurs familles en pêchant dans la rivière et vendant plus tard leurs prises dans les camps de réfugiés. Les femmes qui travaillent comme ouvrières occasionnelles, cultivent la terre des fermiers locaux pour près de 0,30 $ par jour.

Cependant, le Congo fait également face à sa propre situation de déplacés internes. Le conflit a contraint au moins 1,5 million personnes à fuir leur région dans le pays l’an dernier. C’est trois fois plus que le nombre de déplacés en Syrie et cinq fois plus qu’en Irak.

L’Agence des Nations unies pour les réfugiés enregistre encore d’autres personnes en provenance de Centrafrique.

L’agence construit également des puits pour réduire les maladies transmises par l’eau, car beaucoup boivent l’eau de la rivière Oubangui.
La vie est difficile pour eux, loin de leurs champs qui sont à peine de l’autre côté de la rivière.

Malgré la présence 500 000 réfugiés centrafricains répartis dans la région, la crise reste la plus sous-financée du monde. Et les agences, qui affirment que cette crise est la plus sous-financée du monde, ont lancé un appel pour obtenir 209 millions de dollars pour financer les programmes d’intervention auprès des réfugiés.

Voir plus