Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Le Punk Rock renaît en Afrique du Sud

Le Punk Rock renaît en Afrique du Sud

Afrique du Sud

Le Punk Rock élit domicile en Afrique du Sud. À Soweto, un township imprégné d’une riche histoire musicale et de la culture pop, le genre se développe et gagne en influence et en popularité.

Un groupe local TCIYF attire la foule à chaque fois qu’il répète ou joue sur scène. Au départ, les fans étaient curieux, puis ils ont accroché.

“Le punk rock c’est… qu’est-ce que ça représente pour moi ? C’est super, c’est comme si je pouvais m’exprimer librement. Je peux être qui je veux, je peux être moi-même”, affirme Sandile Mbatha, membre du groupe TCIYF.

Je pense que le punk rock a vraiment une influence dans la culture populaire et plein d'autres choses, tu sais. Ailleurs, aucune autre musique ne fait ce que le punk rock fait

Ce genre musical apparu au Royaume-Uni, en Amérique et en Australie au milieu des années 1970, était au départ un moyen de protester contre le pouvoir en place, pour secouer le status quo et la culture principale. Le groupe TCIYF, lui, met en avant le son et l’esprit du Punk Rock auprès de la jeunesse sud-africaine.

“Je pense que le punk rock a vraiment une influence dans la culture populaire et plein d’autres choses, tu sais. Ailleurs, aucune autre musique ne fait ce que le punk rock fait”, déclare Letlohonolo Nxumalo, un fan de punk rock.

“Il semble y avoir beaucoup d’intérêt et de participation. Comme par exemple les skateurs, même les plus jeunes. Ça signifie beaucoup pour notre communauté”, a-t-il ajouté.

À Soweto, bastion de la lutte anti-apartheid dans les années 80-90 on avait souvent recours à la musique pour faire adhérer au combat contre les différences raciales. Le punk rock est considéré comme une autre forme d’expression de soi.

Mais, ce genre est relativement nouveau et a du succès auprès de la jeunesse – généralement née libre. Cette génération – née après l’apartheid qui a pris fin en 1994, ne connaît que la démocratie mais se sent toutefois laissée pour compte par le système.

“On a fondé le groupe grâce au skate. On aime faire du skate, rouler rapidement et dangereusement. Alors, il faut trouver un son qui t’accompagne. C’est comme ça qu’on est passé du skate au punk rock”, souligne Thula Sizwe, un des fondateurs du groupe et guitariste.

TCIYF s’est récemment produit sur scène, lors du festival Afropunk.

Le groupe figure parmi les 10 groupes de punk rock noirs à écouter avec les groupes du Kenya, du Mozambique et du Zimbabwe, selon la plate-forme en ligne de culture pop africaine OkayAfrica.

Voir plus