Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Guinée : arrestation d'une "faiseuse de grossesses"

Guinée : arrestation d'une "faiseuse de grossesses"

Guinée

N’na Fanta, une tradipraticienne guinéenne est aux mains de la police après des accusations d’un collectif de femmes qui l’accusent de leur avoir fait croire qu’elles étaient enceintes.

Quelque 200 femmes de la région de Dabompa, à la périphérie de la capitale, Conakry, sont désillusionnées. Elles avaient placé leur confiance dans le traitement traditionnel auquel les avait soumis la tradipraticienne N’na Fanta pour les guérir de la stérilité.

En effet, elles avaient bien de raisons d’espérer des effets miracles du traitement, puisque dans les premiers mois qui ont suivi sa mise en application, elles déclarent avoir éprouvé quelques symptômes relatifs à une grossesse, notamment des nausées matinales, des vomissements, et même une prise de volume du ventre.

Seulement, plus de douze mois après, plusieurs ont constaté qu’il n’en était rien. Mis à part un ventre visiblement rebondi, il n’y avait point de grossesse. Comment en sont-elles arrivées là ? Une des plaignantes a raconté son expérience à la BBC Afrique.

Quand les femmes viennent chez moi, je leur dis que ce n’est pas moi qui guéris, mais c’est Dieu. Je leur demande si elles croient en Dieu, si elles disent oui, je leur donne les médicaments.

Elle affirme avoir rencontré la mise en cause il y a de cela plus d’un an. Lors de la première visite, la tradipraticienne lui a donné des écorces et décoctions pour le traitement, assurant que les résultats suivront. Même scénario lors de la seconde visite. Cette fois, la “guérisseuse” lui confirme qu’elle est bien enceinte, après lui avoir simplement touché le ventre. Coût du traitement : 300 000 francs CFA par femme, sans compter les petites enveloppes et les poules offertes à chaque fois qu’une femme est déclarée enceinte.

Toutefois, elle leur intime de ne point aller en consultation à l’hôpital parce qu’aucun médecin ne pourrait traiter une telle grossesse.

Mais plusieurs mois après l’expérience qui s’est avérée nulle d’effet, un collectif de femmes a décidé de porter plainte contre N’na Fanta pour escroquerie. Cette dernière, présentée à la presse ce mardi, a rejeté ces charges.

Si elle reconnaît avoir administré des traitements aux plaignantes, elle explique cependant que le succès dépend de la foi en Dieu des clientes. “Quand les femmes viennent chez moi, je leur dis que ce n’est pas moi qui guéris, mais c’est Dieu. Je leur demande si elles croient en Dieu, si elles disent oui, je leur donne les médicaments. Je n’ai dit à personne d’entre elles de ne pas aller à l’hôpital voulu pour se faire consulter. Je leur dis juste que la grossesse peut prendre du temps pour certaines et qu’elles doivent être patientes et croire en Dieu”, a-t-elle confié.

À l’en croire, cela fait plus de 20 ans qu’elle guérit avec les médicaments traditionnels, une pratique héritée de sa mère. Dans les quartiers de Conakry, la mise en cause s‘était forgée une solide réputation. En témoigne la cinquantaine de personnes qu’elle recevait chaque jour dans ses locaux, selon les services de police.

Voir plus