Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

La République du Congo veut adhérer à l'OPEP

La République du Congo veut adhérer à l'OPEP

Congo

La République du Congo dévoile ses ambitions pour son secteur pétrolier en 2018. L’un des points saillants est sans doute son entrée imminente dans l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (OPEP).

Un communiqué signé du ministre d’Etat, directeur de cabinet du chef de l’Etat Denis Sassou N’Guesso, justifie cette annonce par la volonté de l’exécutif de “placer [le Congo] au rang des leaders mondiaux, porteurs de propositions dans les négociations internationales”.

Cette approche permettra en outre au pays de “se donner les moyens de prendre sa place dans la définition des politiques et la prise de décisions au sein de cette organisation”, ajoute le texte qui souligne le soutien de l’Arabie saoudite, membre influent du cartel.

Pour peser de tout son poids dans l’organisation, le 4e producteur africain subsaharien entend dès lors doper sa production pétrolière et atteindre les 300 000 barils par jour en 2018, contre 250 000 en 2016, a expliqué il y a quelques jours le ministre des Hydrocarbures, Jean Marc Thystère Tchicaya.

Un défi qui prend tout son sens dans la mise en production du champ pétrolier Moho Nord, au large de Pointe-Noire. Ce projet, le plus important jamais réalisé au Congo et porté par la compagnie française Total, devrait permettre une production de 100 000 barils par jour.

Les recettes pétrolières représentent 2/3 du PIB du Congo, 75 % des recettes publiques et 90 % des recettes d’exportation. Avec la chute des cours de l’or noir, le pays traverse des tumultes financiers, récemment illustrés par l’affaire de la dette publique exponentielle, supérieure à 9 milliards de dollars, soit 110 % du PIB.

Toutefois, le pays espère tirer profit de ses nouvelles perspectives pétrolières. Entre autres attentes, des recettes de 749 milliards de francs CFA, soit une augmentation de près de 357 milliards de francs CFA par rapport aux recettes récoltées en 2017.

Voir plus