Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Donald Trump dément avoir traité Haïti et les pays africains de "pays de merde"

Donald Trump dément avoir traité Haïti et les pays africains de "pays de merde"

Etats-Unis

Donald Trump revient sur la polémique déclenchée ce vendredi après ses propos controversés sur Haïti et les pays africains qu’il aurait traités de “pays de merde”. Le numéro américain a tenté de nuancer ses propos.

C’est via Twitter, son outil numérique favori que Donald Trump, le président américain, a rebondi sur la question. Il n’aurait jamais utilisé l’expression “pays de merde” (“shithole countries”, en version originale) pour désigner les migrants issus d’Haïti, de l’Afrique et de Salvador lors d’une réunion sur l’immigration jeudi.

Pourtant, ce vendredi, plusieurs médias américains qui disent s’appuyer sur des témoignages de personnes présentes à cette réunion ont cité le président dénonçant l’immigration en provenance de “pays de merde” tels que Haïti ou des pays africains.

“Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés”, a écrit Donald Trump sur son compte Twitter, évoquant une relation “merveilleuse” avec les Haïtiens.

“Je n’ai jamais dit quelque chose d’insultant sur les Haïtiens outre le fait que, et c’est une évidence, Haïti était un pays très pauvre et en difficulté. Je n’ai jamais dit “virez-les”. Inventé par les Dem (l’opposition démocrate, ndlr). J’ai une relation merveilleuse avec les Haïtiens”, a-t-il rétorqué dans un second tweet.

Ce vendredi, les propos attribués au président américain ont créé une onde de choc à travers le monde. L’ONU a notamment pointé des propos “choquant” et “honteux”, tandis que l’Union africaine condamnait ce vendredi des remarques “blessantes” et “dérangeantes”.

Le Botswana est allé plus loin en convoquant l’ambassadeur des Etats-Unis pour lui faire part “de son mécontentement”. “Nous considérons que les propos de l’actuel président américain sont hautement irresponsables, répréhensibles et racistes”, a estimé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il faut dire que depuis son accession à la Maison Blanche, le président américain ne passe pas de jour sans être dans le feu de l’actualité. La semaine dernière, à peine, il était au centre d’une autre affaire controversée : la sortie du livre choc Fire and Fury: Inside the Trump White House” (“Le feu et la colère, dans la Maison Blanche de Trump”). Une œuvre dans laquelle l’auteur Michael Wolff dressait un portrait peu flatteur du chef de l’Etat américain, dépeint comme peu cultivé et inapte à diriger la nation la plus puissante au monde.

Des allégations rejetées par la Maison Blanche qui a dénoncé un livre “bidon” et plein de “mensonges”.

Voir plus