Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Côte d'Ivoire : réactions après la condamnation de l'ex-ministre Hubert Oulaye

Côte d'Ivoire : réactions après la condamnation de l'ex-ministre Hubert Oulaye

La condamnation d’Hubert Oulaye, l’ancien ministre de la Fonction publique de l’ex-président Ivoirien Laurent Gbagbo, suscite des réactions. D’un côté, les satisfaits et de l’autre, les mécontents. Explications.

Hubert Oulaye a été condamné à 20 ans d’emprisonnement par la cour d’assises d’Abidjan. C‘était le 26 décembre dernier. Pour Armel Gouandeu, le coordonnateur adjoint à l’Observatoire ivoirien des droits de l’homme, cette condamnation est beaucoup trop lourde, voire, sévère.

« Pour nous, on n’a pas respecté tous les droits de M. Hubert Oulaye. Ce procès se situe donc dans un contexte qui reste marqué par les stigmates de la crise post-électorale. » , lâche-t-il.

C'est une condamnation sans preuve ! C'est une condamnation politique !

Si pour monsieur Gouandeu ce verdict ne se justifie pas, Lebry Marie-Léonard, la procureure générale près la cour d’appel d’Abidjan, quant à elle, ne cache pas sa satisfaction. « Nous nous satisfaisons premièrement de la déclaration de culpabilité, deuxièmement de la peine. » , fait-elle savoir.

Deux opinions qui s’opposent donc et évitent soigneusement de se mélanger, comme l’eau et l’huile.

Il était reproché à l’ancien homme fort de la Fonction publique de Côte d’Ivoire son implication dans la mort de 18 personnes, dont sept casques bleus. Cela, dans le contexte d’une attaque en juin 2012, dans l’Ouest du pays.

Accusé d’avoir préparé une rébellion amrée dans l’Ouest

La justice ivoirienne parle de « complicité d’assassinat » à l’encontre de monsieur Oulaye qui, après la prononciation du verdict, s’est insurgé, lançant un « c’est une condamnation sans preuve ! C’est une condamnation politique ! » Ses avocats prévoient un pourvoi en cassation.

Bien avant l’adoption du verdict, l’avocate générale Mireille Kouassi avait requis la prison à vie pour Hubert Oulaye, 64 ans et son co-accusé Maurice Djiré, 37 ans, toujours dans le cadre de l’attaque de juin 2012.

Mireille Kouassi soutient que « de manière évidente, Hubert Oulaye a fourni les moyens financiers en vue de l’installation d’une rébellion dans l’Ouest ». Et la juriste de conclure par « le complice est parfois plus dangereux que l’auteur ».