Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Cameroun : art et cornes de boeufs

Cameroun : art et cornes de boeufs

Cameroun

Maroua, à l’extrême nord du Cameroun. Nourou Mohammadou est artisan. Il se rend régulièrement dans cet abattoir non pas pour acheter de la viande comme les autres clients. Mais pour collecter des cornes de boeufs. « C’est ici où tout commence, parce que je trie les cornes en fonction de ce que je veux faire. Si j’ai un produit que je veux monter, je viens d’abord ici à l’abattoir, sur place, je trie les cornes, la matière première nécessaire à mes activités».

Une fois les cornes sélectionnées, Nourou Mohammadou les emmène dans son atelier où elles son nettoyés, poncées et prêtes à être utilisées. C’est ici dans ce centre artisanal qu’il fabrique depuis onze ans des meubles originaux avec cette matière première assez particulière.

Sa technique est toute simple, il assemble les cornes de bœufs à l’aide d’accessoires comme du bois ou du contreplaqué. Et pour rendre le meuble souple et confortable, Nourou ajoute à cet assemblage, de la peau de bœuf soigneusement tannée et transformée en cuir. Un salon par exemple se vend environ 350 000FCFA.

Il y a quelques années, il recevait de nombreuses commandes, surtout pendant la saison touristique. Mais aujourd’hui, il fabrique  en moyenne trois à quatre salons par mois. Sa principale clientèle est constituée surtout d’hôteliers, séduits par ses œuvres, comme cet homme d’affaires Moussa Mohamed.

«  Je suis venus pour acheter des chaises. J’ai vu que ces chaises sont bien confortables et magnifiques. Dans tous les voyages que je j’ai effectué, je n’ai jamais vu une telle qualité de chaises. Je vois qu’ici à Maroua on peut fabriquer des objets comme cela avec des cornes de bœuf et c’est magnifique » 

Depuis des siècles, la corne a été utilisée pour la fabrication de nombreux objets du quotidien : peignes, étuis et boites, couverts etc. Nourou Mohamadou est persuadé que le recyclage des cornes de bœuf pourrait être une source d’emplois pour des jeunes camerounais et se dit prêt à perpétuer ce savoir-faire qui selon lui, n’est pas prêt de disparaitre.

Voir plus