Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Economie, coopération, ... l'Afrique, terrain de chasse privilégié

Economie, coopération, ... l'Afrique, terrain de chasse privilégié

Côte d'Ivoire

<h3>La morosité de la croissance mondiale sur l’exercice 2017 a davantage aiguisé les appétits à travers le monde. Avec notamment le Brexit en Europe ou encore la décélération de la croissance chinoise, plusieurs puissances cherchent des débouchés. L’Afrique, qui a enregistré une petite embellie en 2017, est dans le viseur des chasseurs de marchés.</h3> <p>Les investisseurs se bousculent aux portes de l’Afrique. En 2017, le continent a enregistré un peu plus de 3 % de croissance contre 2,2 % en 2016. Une croissance douce qui a donné lieu à des perspectives d’alliances intéressantes. Tout au long de l’année, plusieurs pays ont marqué des coups sur le continent qu’il est difficile d’ignorer.</p> <p>Octobre 2017. La Princesse Astrid de Belgique débarquait à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, accompagnée par une délégation de plus de 200 entreprises. À l’issue de cinq jours de visite, la princesse est retournée avec une vingtaine d’accords économiques signés avec les autorités ivoiriennes. Des accords qui devraient permettre aux entreprises belges d‘étendre leur influence dans le pays, et au-delà, dans la sous-région ouest-africaine.</p> <h4> >>> <span style="color:#d1420a;"><span class="caps">LIRE</span> <span class="caps">AUSSI</span></span> : <a href="http://fr.africanews-direct.bce.lu/2017/12/06/macron-au-ghana-le-discours-memorable-du-president-ghaneen-sur-l-autonomie/">Macron au Ghana : le discours mémorable du président ghanéen sur l’autonomie africaine viral sur les réseaux sociaux</a> </h4> <p><img src="https://static.euronews.com/articles/41/72/417287/1024x576_bonus-MACRONGHANA.jpg" alt="" /></p> <h3>Guerre d’influence Union européenne – Chine</h3> <p>Dans un champ plus large, le président Français Emmanuel Macron a réalisé une tournée africaine au mois de novembre au cours de laquelle il promouvait un “partenariat renouvelé” avec l’Afrique. C’est surtout que le dirigeant français espère sortir du pré-carré francophone dans laquelle la France est confortablement installée depuis la fin des indépendances en Afrique francophone. En témoigne son escale remarquée au Ghana, une première pour un président français. Lors de cette étape, Emmanuel Macron a plaidé pour une présence renforcée dans le pays.</p> <p>En effet, ces offensives traduisent bien les craintes de l’Union européenne qui fait face à une rude concurrence chinoise sur le continent. Le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique a notamment été multiplié par vingt depuis 2000. Et le géant asiatique ne compte pas en rester là. Cette année, encore, il a multiplié les dons à l’endroit de plusieurs pays comme la République du Congo ou le Gabon. Pour mieux asseoir son hégémonie, la Chine a même exploré le volet militaire en ouvrant en juillet sa première base militaire de l‘étranger à Djibouti, porte d’entrée vers l’Afrique de l’Est et l’océan Indien.</p> <p>Mais l’empire du Milieu tout comme l’Union européenne ont bien des craintes à se faire.</p> <h3>Les outsiders</h3> <p>Des pays comme la Turquie tentent de rallier la confiance de plusieurs pays africains. En juillet, le pays a lui aussi ouvert sa première base militaire en Afrique, en Somalie. Déjà très influente dans la Corne de l’Afrique, la Turquie veut désormais peser sur l’ouest du continent. En 2016, le président turc Recep Tayyip Erdogan y effectuait une tournée en grandes pompes où il était accompagné de 200 chefs d’entreprise. Les diplomates turcs, très offensifs depuis une dizaine d’années dans cette partie de l’Afrique, encouragent le pays à nouer des contacts, mêlant humanitaire et profits. Ainsi, entre 2003 et 2014, le volume des échanges entre la Turquie et le continent a plus que quadruplé, passant de 5,3 milliards à 23,4 milliards de dollars. Et ce chiffre s’en va croissant.</p> <h4> >>> <span style="color:#d1420a;"><span class="caps">LIRE</span> <span class="caps">AUSSI</span></span> : <a href="http://fr.africanews-direct.bce.lu/2017/12/02/la-jordanie-se-focalise-sur-le-terrorisme-en-afrique-de-l-ouest/">La Jordanie se focalise sur le terrorisme en Afrique de l’Ouest</a> </h4> <p><img src="https://static.euronews.com/articles/41/72/417287/1024x576_bonus-ERDOGAN.jpg" alt="" /></p> <p>Dans cette quête d’influence, un autre pays tente aussi sa chance : le Qatar. En début de semaine, l‘émir du Qatar en personne a entamé une tournée en Afrique de l’Ouest. Après l‘étape de Dakar et de Ouagadougou, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani a débarqué à Abidjan, la capitale économique ivoirienne ce vendredi 22 décembre où il a signé quatre accords bilatéraux avec le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara. Cette mini-tournée de l‘émir qatari se tient dans un contexte de crise diplomatique entre le petit Etat du Golfe et ses voisins, Arabie saoudite en tête, dans laquelle il est mis sous embargo. En initiant cette tournée, l‘émir espère ainsi diversifier ses partenariats économiques et se libérer du joug de l’exploitation pétrolière.</p> <h3>Attention à la dépendance</h3> <p>Israël a bien essayé cette percée en Afrique, mais il reste freiné par l‘épineux dossier de la Palestine dans lequel il est condamné par plusieurs Etats africains. Et le développement du dossier ces dernières semaines n’est pas fait pour arranger la situation.</p> <h4> >>> <span style="color:#d1420a;"><span class="caps">LIRE</span> <span class="caps">AUSSI</span></span> : <a href="http://fr.africanews-direct.bce.lu/2017/12/22/onu-le-togo-seul-pays-africain-a-soutenir-trump-sur-le-dossier-jerusalem/"><span class="caps">ONU</span> : le Togo, seul pays africain à soutenir Trump sur le dossier Jérusalem</a> </h4> <p>Toutefois, les analystes sont alertes sur cette “bataille” économique autour de l’Afrique. Ils interpellent en effet sur les profondes inégalités qui découlent parfois des accords économiques signés et de la dépendance que peut engendrer la coopération. Dans une chronique publiée sur le Monde en novembre 2017,Sébastien Le Belzic prenait notamment le cas des relations sino-africaines, portées prioritairement sur les matières premières. Il appelait alors les partenaires africains de la Chine à diversifier leurs économies afin de ne pas trop pâtir d’un changement de structuration de l‘économie chinoise, du reste en cas de baisse de la demande chinoise.</p>
Voir plus