Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Macron au Niger : sécurité et immigration au menu

Macron au Niger : sécurité et immigration au menu

Niger

Emmanuel Macron se rend ce vendredi soir au Niger pour un séjour de 20 heures. Outre des entretiens avec son homologue Mahamadou Issoufou, le Chef de l’Etat français devrait visiter et dîner avec les quelque 500 soldats français basés au Niger dans le cadre de l’opération Barkhane.

« Le président de la République a choisi de se déplacer pendant cette période de fin d’année au Niger pour aller rencontrer les troupes déployées au sein de l’opération Barkhane et plus singulièrement ceux de la base aérienne projetée de Niamey », explique la présidence française. Car, poursuit l’Elysée, Niamey est un « hub d’entrées de nos opérations au Sahel ».

Si en tant que chef suprême des armées de son pays, il devra remonter le moral des troupes françaises, Emmanuel Macron pourrait aborder avec son interlocuteur la question du G5 Sahel. Il serait sans doute question de réaffirmer son soutien à cette force conjointe composée du Mali, du Burkina Faso, du Tchad, du Niger et de la Mauritanie qui lutte contre les jihadistes dans la bande sahélo-saharienne.

Une force pour laquelle le dirigeant français multiplie ces derniers temps des plaidoyers pour qu‘à l’image des pays comme la Hollande et l’Arabie Saoudite, davantage de Nations apportent une aide proportionnelle aux défis actuels dans la zone. Notamment la bataille contre le terrorisme, mais aussi la lutte contre l’immigration clandestine, car le Niger est devenu le lieu de transition des migrants vers la Libye avant de rallier l’Europe par la Méditerranée dans les conditions dramatiques.

Des sources concordantes indiquent que le président français pourrait aussi faire des propositions de scolarisation des jeunes filles et des mesures concrètes sur les problèmes épineux liés à la démographie. Comme il en avait parlé lors du G20 à Hambourg : « Dans un pays qui compte encore sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ».

Or, selon la société civile, le problème n’est pas tant la démographie, plutôt la gouvernance. « Le Niger, aujourd’hui, n’est pas confronté à un problème démographique en tant que tel, mais il fait face à un problème de pauvreté. Si on exploitait convenablement les richesses que nous avons, nous ferions face à ce fléau », nuance par exemple Moustapha Kadi, membre du Collectif pour la défense du droit à l‘énergie.

Voir plus