Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC-Nord-Kivu : quand Béni veut connaître les responsables des massacres

RDC-Nord-Kivu : quand Béni veut connaître les responsables des massacres

République démocratique du Congo

Cela se sait. Les violences font partie du quotidien de Béni. Mais, qui est réellement ce « tueur en série » qui endeuille les familles depuis des années ? C’est en tout cas la question qui fuse de toutes les lèvres dans cette ville de la province du Nord-Kivu à l’est de la RDC, à un jet de pierre de la frontière avec l’Ouganda.

« On sait pourquoi on meurt », déclare Génango Katondola se souvenant de cette nuit tragique du 13 au 14 août 2016, lorsqu’une cinquantaine de personnes dont son neveu, furent tuées par un groupe armé. Mais, un an après, la quinquagénaire ne connaît toujours pas l’identité des auteurs de l’attaque. « On ne sait pas vraiment qui nous tue. Un jour, je voudrais savoir qui a réellement tué mon enfant », s’interroge, triste, Katondola qui se contente de dérouler le film de ce souvenir lugubre. « Ils nous ont brutalisés, pourchassés avec des machettes, voire même des haches », explique-t-elle.

Mais, Katondola est loin d‘être la seule à se poser ces questions. À Béni, la question sur l’identité des auteurs des massacres est devenue le sujet numéro 1 des conversations. Tant beaucoup d’habitants de Béni veulent en savoir davantage. À l’image de Richard Kakule, un responsable local qui tient à percer ce « grand mystère » qui entoure ces tueries à répétition.

On ne sait pas vraiment qui nous tue. Un jour, je voudrais savoir qui a réellement tué mon enfant

Et le sujet a gagné en intensité au lendemain de l’attaque qui a coûté la vie à quelque 14 Casques bleus tanzaniens le 7 décembre dernier. Si Jean Pierre Lacroix, chef des opérations de l’ONU pour le maintien de la paix suspecte les rebelles ADF.

Malheureusement, contrairement à d’autres rébellions ou groupes terroristes, les ADF ne communiquent pas. Et donc ne revendiquent pas leurs actions. De leur côté, des organisations de la société civile émettent des doutes sans pour désigner véritablement le ou les responsables des tueries.

Faute de réponses, des populations de Béni exigent des enquêtes.

Voir plus