Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Attaque de Casques bleus en RDC : la célébration de l'indépendance tanzanienne plombée par le deuil

Attaque de Casques bleus en RDC : la célébration de l'indépendance tanzanienne plombée par le deuil

Tanzanie

La Tanzanie célèbre ce samedi 9 décembre sa fête nationale. 56 ans que la nation est-africaine a obtenu sa souveraineté de la Grande-Bretagne. Dans les rues de Dar es-Salam, la capitale économique, pas de réjouissance fastueuses. Juste une sobre cérémonie au stade Jamhuri en présence du chef de l’Etat John Magufuli et certains de ses prédécesseurs.

Cela faisait pourtant deux années que le pays n’avait pas vécu cette ambiance commémorative de l’indépendance. En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 2015, le chef de l’Etat John Magufuli a annulé les célébrations pompeuses. En 2015, seulement près de trois semaines après sa prise de fonctions, John Magufuli troquait les défilés militaires par une grande campagne de nettoyage à travers le pays.

L’argent économisé de l’annulation des cérémonies avait alors été consacré à la lutte contre le choléra qui faisait rage en son temps, et au bien-être social, avait justifié le nouveau président. En 2016, bis répétita. Pas de fête d’indépendance dispendieuse.

Cette année, ce retour à la donne est contrarié par un autre obstacle, un deuil qui touche le pays. Jeudi, quinze soldats tanzaniens membres de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), sont tombés au combat à Béni, à l’Est de la RDC. Cinq soldats congolais ont également été tués, tandis que deux Casques bleus restent portés disparus. Une cinquantaine de soldats onusiens ont par ailleurs été blessés dans l’attaque.

Je suis très choqué et très attristé d’apprendre la mort de nos jeunes, de braves soldats et des héros qui ont perdu leur vie dans l’accomplissement de leur mission de paix chez nos voisins de la RDC.

Dans un communiqué publié dans la soirée de vendredi en swahili, John Magufuli s’est dit “choqué” et “attristé” par cette attaque.

“Je suis très choqué et très attristé d’apprendre la mort de nos jeunes, de braves soldats et des héros qui ont perdu leur vie dans l’accomplissement de leur mission de paix chez nos voisins de la RDC”, a insisté M. Magufuli, cité dans le communiqué.

Selon les archives de l’AFP, c’est la pire attaque subie par une mission des Nations unies depuis 24 ans, avec la mort de 24 Casques bleus pakistanais à Mogadiscio le 5 juin 1993. Il s’agit aussi de l’attaque la plus meurtrière contre la force onusienne dans l’ex-Zaïre (Monusco) depuis son déploiement en 1999.

A en croire l’ONU, l’attaque porte l’empreinte des ADF (Allied Defense Forces, Forces démocratiques alliées), un groupe armé ougandais musulman actif dans le Nord-Kivu, un État de la RDC frontalier de l’Ouganda.

Le défilé militaire donné au stade Jamhuri devrait être un moment solennel pour honorer la mémoire des soldats tanzaniens tués ce jeudi.

Voir plus