Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Côte d'Ivoire : des jeunes réclament le recrutement dans une entreprise minière

Côte d'Ivoire : des jeunes réclament le recrutement dans une entreprise minière

Côte d'Ivoire

Des jeunes du nord de la Côte d’Ivoire visiblement remontés contre Shilo  manganèse SA ce jeudi. Et pour cause, l’entreprise indienne d’exploitation du manganèse ne les recrute pas.

Des barricades sur la voie principale menant au site. C’est le moyen utilisé ce jeudi par une cinquantaine de jeunes de Lagnonkaha au nord de la Côte d’Ivoire pour exprimer leur colère contre “Shilo  manganèse SA”.

Les manifestants exigeaient “le recrutement des jeunes des villages impactés par la mine et des actions de développement des villages, notamment l’adduction d’eau potable, l‘électrification, la construction de centres de santé et d‘écoles primaires”.

“On nous dit que les travaux de la mine n’ont pas encore bien commencé alors que chaque jour, nous voyons des camions, remplis, sortir du site pour aller au port d’Abidjan” a déclaré Daniel Soro, un des manifestants.

Le calme est revenu en fin de journée à l’issue d’une rencontre entre les autorités préfectorales et les manifestants.

La société indienne doit produire près de 200.000 tonnes de manganèse par an pour une durée de 20 ans.

Le sous-sol ivoirien contient des minerais très divers comme l’or (cinq mines), le diamant, le fer, le nickel, le manganèse (quatre mines), la bauxite ou encore le cuivre. Seul l’or est exploité industriellement.

L’activité minière contribue à 5% du produit intérieur brut de la Côte d’Ivoire.

La prise en compte de la main-d’oeuvre locale encore appelée contenu local ou « local content » est considérée par l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) comme un point essentiel dans la chaîne de décisions des industries extractives. Notamment, lors de la signature des contrats entre l‘État et l’entreprise.

Voir plus