Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Burkina/assassinat de Sankara : Macron promet de "déclassifier (...) tous les documents"

Burkina/assassinat de Sankara : Macron promet de "déclassifier (...) tous les documents"

Burkina Faso

Le président français Emmanuel Macron a promis mardi que tous les documents français concernant l’assassinat de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara en 1987 seraient “déclassifiés”, à l’issue d’un entretien avec le président brukinabè Roch Marc Christian Kaboré à Ouagadougou.

“Ces documents seront déclassifiés pour la justice burkinabè qui aura accès à tous les documents sur l’affaire Sankara”, a affirmé le président français lors d’un point presse. 

‘‘L’Afrique n’est ni perdue ni sauvée, c’est un continent central, c’est ici que se télescopent tous les défis contemporains.’‘ A-t-il continué.

Les crimes de la colonisation européenne sont incontestables. Il y a eu des fautes et des crimes, des grandes choses et des histoires heureuses ; mais "les crimes de la colonisation européenne sont incontestables.

M. Macron à en outre annoncé qu’il allait “proposer une initiative euro-africaine” pour “frapper les organisations criminelles et les réseaux de passeurs” qui exploitent les migrants subsahariens en Libye. Il a également annoncé “un soutien massif à l‘évacuation des personnes en danger” en Libye, qualifiant de “crime contre l’humanité” la vente de migrants comme esclaves.

Non sans cacher sa volonté de vouloir
frapper les passeurs qui exploitent les migrants en Libye, le locataire de l’Elysée à dénoncé les “crimes incontestables” de la colonisation européenne.

Pendant ce temps, des manifestants ont dressé des barricades et incendié des pneus sur la voie menant à l’université de la capitale burkinabè Ouagadougou où le président français a prononcé un discours face à 800 étudiants.

Scandant des slogans tel que “À bas l’exploitation de l’Afrique par l’Occident”, les manifestants ont bloqué des véhicules se rendant à l’intervention d’Emmanuel Macron, qui a cependant pu accéder au campus et a commencé son discours. Ces manifestants faisaient face à des forces anti-émeutes.

Voir plus