Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des manifestations à Paris et Dakar contre l'esclavage en Libye

Des manifestations à Paris et Dakar contre l'esclavage en Libye

Afrique

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté vendredi devant l’ambassade de Libye à Paris pour réclamer la fin de l’esclavage des migrants africains dans ce pays et dénoncer la “complicité” des dirigeants africains et occidentaux, a constaté l’AFP.

A Dakar, une centaine de personnes ont également manifesté vendredi pour dénoncer l’esclavage en Libye et réclamer des actions de la part de gouvernements africains.

Un millier de manifestants avaient déjà protesté samedi dernier sous les fenêtres de l’ambassade libyenne à Paris, à la suite de la diffusion d’un reportage de CNN montrant des migrants maltraités et vendus aux enchères en Libye. 

Cette manifestation vise à demander aux Etats africains de prendre les mesures qu’il faut. Les condamnations ne sont pas suffisantes, nous voulons des mesures concrètes pour tirer de Libye nos frères et sœurs

“Il n’y a pas de mots pour décrire ces images, ces tortures, ces exactions moyenâgeuses. Nous sommes ici pour mettre la pression, et nous allons continuer à le faire pour que cela cesse au plus vite”, a expliqué à Paris à l’AFP le chanteur de rap Rost.

“C’est pour mettre la pression face au silence de nos autorités africaines. Il faut que nos autorités nous disent ce qu’elles vont faire concrètement de nos frères et sœurs qui sont dans les prisons Libyennes, qui sont vendus  pour aller travailler dans les champs”, a déclaré à Dakar lors du rassemblement Bruno Sanogo, coordinateur du Collectif sénégalais contre l’esclavage. 

“Cette manifestation vise à demander aux Etats africains de prendre les mesures qu’il faut. Les condamnations ne sont pas suffisantes, nous voulons des mesures concrètes pour tirer de Libye nos frères et sœurs “, a abondé le président de la section sénégalaise d’Amnesty Internationall, Seydi Gassama.

A Paris, nombre de manifestants présents ont dénoncé auprès de l’AFP l“hypocrisie” des Etats occidentaux “qui se disent choqués” alors qu’ils “savaient depuis longtemps ce qu’il se passe en Libye” et continuent malgré tout à coopérer avec Tripoli.

D’autres rassemblements sont prévus dans plusieurs pays ce samedi.

Plusieurs dirigeants africains ont demandé que le sujet soit mis à l’ordre du jour du sommet Union africaine-Union européenne des 29 et 30 novembre à Abidjan.

Le président français Emmanuel Macron, qui participera au sommet, a qualifié mercredi de “crimes contre l’Humanité” les ventes de migrants africains comme esclaves en Libye.