Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Des Zimbabwéens préoccupés par l'après-Mugabe

Des Zimbabwéens préoccupés par l'après-Mugabe

Zimbabwe

Alors que l’euphorie a gagné les rues de Harare et d’autres villes du Zimbabwe après la démission forcée du président Robert Mugabe, certains Zimbabwéens s’inquiètent de l’avenir de leur pays. Ils réclament un vrai changement.

Le départ de Mugabe, accueilli comme une libération par de nombreux Zimbabwéens. Pour ces derniers, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre, celle d’une vraie démocratie. Et c’est pourquoi ils célèbrent à l’excès la chute du vieux, seul dirigeant qu’ils ont connu depuis l’indépendance. « Nous sommes maintenant un Zimbabwe libre, personne ne peut nous arrêter, personne ne peut nous entraver. Le Zimbabwe en tant que nation célèbre ce que nous avons accompli aujourd’hui », jubile homme d’une quarantaine d’années. « Le type de démocratie qui nous attend est celle-ci : il n’y a pas de sang, personne n’est arrêté. Les soldats sont ici avec nous et nous sommes tellement heureux, c’est ce que nous voulions », poursuit un autre, entouré de jeunes en liesse.

Pourtant, derrière cette euphorie effrénée, se cache une autre réalité, qu’au fond, c’est un homme qui part et non un système qui s’efface. Ce que ne veulent pas certains Zimbabwéens qui demandent du vrai changement. « Les responsables des élections sont les mêmes, c’est juste Mugabe que nous avons renvoyé. Mais tout le système est toujours là, nous voulons le dégager et les remplacer par de nouvelles personnes », plaide Leek Wid, vendeur de rue.

Les responsables des élections sont les mêmes, c'est juste Mugabe que nous avons renvoyé. Mais tout le système est toujours là, nous voulons le dégager et les remplacer par de nouvelles personnes.

De nouvelles élections pour le changement

Une position partagée par un autre vendeur de rue Calvin Tsoro. « Nous voulons des élections, nous voulons des élections pour pouvoir choisir le président que nous voulons. Parce que pour l’instant, les choses se sont vraiment mal passées ici. Parce que si nous votons, nous pouvons choisir le leader que nous attendions », explique-t-il. « Jusqu’ à présent, nous sommes vraiment satisfaits de ce que l’armée a fait, mais, nous voulons des élections afin de pouvoir choisir un chef que nous voulons en tant que Zimbabwéens. », renchérit un autre de leurs compatriotes Alan Boniface

Mais ils devront encore prendre leur mal en patience. Car avec Emmerson Mnangagwa, ce sera du Mugabe sans Robert… Les Zimbabwéens semblent donc loin du coup de Grâce.

Voir plus