Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

The Morning Call

the-morning-call

Ouverture des frontières africaines

Ouverture des frontières africaines

The Morning Call

Plus d’un an s’est écoulé depuis le lancement du passeport africain au Rwanda, preuve physique de la rupture des frontières pour plus de facilitation par l’Union africaine des personnes sur tout le continent.

En 2016, un certain nombre d‘États membres de l’UA ont supprimé l’obligation de visa pour les ressortissants africains.

La Banque africaine de développement a publié un rapport sur l’ouverture des visas qui préconise la libre circulation des personnes et des biens entre autres…

Malheureusement, des citoyens africains ont besoin de visas pour se rendre dans plus de la moitié des pays du continent dans 55 % des cas. Sur les 20 pays, les plus ‘‘à visa ouvert’‘, 75 % sont situés en Afrique de l’Est ou de l’Ouest. Aucun en Afrique centrale, selon le rapport.

L‘état de la libre circulation des personnes en Afrique diffère d’une région à l’autre. Parmi ceux-ci, l’Afrique de l’Ouest est la plus avancée…

Mais les choses sont en train de changer en Afrique centrale. Il y a une semaine, le gouvernement équato-guinéen annonçait qu’il mettait fin à l’obligation de visa d’entrée pour les citoyens des six pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEMAC).

Selon la décision, les ressortissants du Congo, du Cameroun, du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Tchad n’ont plus besoin de visa pour se rendre en Guinée équatoriale.

The Morning Call

The Morning Call, c'est pour vous et pour votre monde. Nous voulons donc partager vos opinions sur nos programmes. Si vous souhaitez contribuer à The Morning Call, voici comment nous contacter : Si vous souhaitez plus de détails sur la contribution, cliquez ici

The Morning Call

The Morning Call, c'est pour vous et pour votre monde. Nous voulons donc partager vos opinions sur nos programmes. Si vous souhaitez contribuer à The Morning Call, voici comment nous contacter : Si vous souhaitez plus de détails sur la contribution, cliquez ici