Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Attaque de soldats américains au Niger : la version du Pentagone contredite par de nouvelles informations

Attaque de soldats américains au Niger : la version du Pentagone contredite par de nouvelles informations

Niger

Que s’est-il exactement passé le 4 octobre lors de l’embuscade posée à une équipe de soldats américains et nigériens au Niger ? L‘énigme est loin d‘être résolue avec les nouvelles informations rapportées par la chaîne américaine ABC qui viennent mettre en doute les déclarations du Pentagone.

L’opération des 3 et 4 octobre dans laquelle sont morts quatre soldats américains et cinq soldats nigériens avait été présentée, la semaine dernière, par le chef d‘état-major Joe Dunford comme une “patrouille de reconnaissance”. Mais il semble que les faits aient été travestis.

Sur la base de sources nigériennes et des services de renseignements américain, ABC explique qu’il s’agissait en réalité d’une mission destinée à “capturer mort ou vif” un dirigeant djihadiste lié aux groupes Etat islamique (EI) et Al-Qaïda et identifié comme Dandou, a indiqué ABC citant des hauts-gradés nigériens.

Une tache pour laquelle la patrouille a dû rester plus de 24 heures sur le terrain au lieu de faire des aller-retour comme initialement prévu. Les djihadistes ont alors eu le temps de repérer, surveiller et ensuite attaquer les soldats. “Ils sont restés là-bas tellement longtemps pour une mission qui a changé, qu’ils ont été remarqués, surveillés et finalement attaqués”, a indiqué un responsable des services de renseignements américain cité par la chaîne.

Il semble que vous croyez pouvoir aller n'importe où, n'importe quand, qu'il y ait une guerre en cours ou pas (...) On peut appeler ça entraîner et équiper, mais je soupçonne fort qu'au Niger, il s'agit de bien plus que ça.

Le général américain avait pourtant affirmé que la patrouille de reconnaissance composée de douze soldats américains des forces spéciales et trente soldats nigériens revenait du village de Tongo Tongo, près de la frontière avec le Mali, lorsqu’elle a été attaquée par un groupe de cinquante combattants affiliés au groupe Etat islamique (EI) équipés de petites armes à feu, de grenades et de véhicules armés.

Les combats auraient duré une heure avant que la patrouille ne daigne appeler du renfort, croyant pouvoir venir à bout des insurgés. Faux ! rétorque une source nigérienne à ABC. Les Nigériens avaient demandé des renforts qui leur ont été refusés par la partie américaine.

Aussi, les services secrets américains, notamment la CIA, étaient bien informés de la mission au Niger, contrairement à ce qu’a laissé entendre le général Joe Dunford.

Ces nouvelles informations risquent de fortement contrarier le gouvernement américain accusé d’avoir minimisé sa présence militaire en Afrique dans le cadre de la lutte contre le “terrorisme“dont l’objet officiel serait d’“entraîner, conseiller et assister” les pays africains pour leur permettre de lutter eux-mêmes contre les groupes islamistes.

Lundi, face au ministre de la Défense Jim Mattis, les sénateurs américains ont exigé davantage d’informations sur l’engagement militaire américain en Afrique sur lequel la mort des quatre soldats a jeté une lumière crue.

“Il semble que vous croyez pouvoir aller n’importe où, n’importe quand, qu’il y ait une guerre en cours ou pas”, a lancé au ministre de la Défense le républicain Rand Paul. “On peut appeler ça entraîner et équiper, mais je soupçonne fort qu’au Niger, il s’agit de bien plus que ça”.

Voir plus