Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Somalie : les auteurs de l'attaque de samedi ont utilisé des cartes d'identité des services de renseignements

Somalie : les auteurs de l'attaque de samedi ont utilisé des cartes d'identité des services de renseignements

Somalie

De nouveaux détails émergents après l’attaque de samedi à Mogadiscio qui a fait 23 morts, sur le site du luxueux hôtel le NasaHablod2.

Les militants du groupe islamiste Al-Shabab, qui revendiqué l’attaque, ont utilisé des uniformes et cartes d’identité des services de renseignements somaliens pour venir à bout de leur funeste projet. “Ils avaient des cartes d’identité qui contenaient des informations claires telles que les noms, les grades et les photos, de sorte qu’aucun policier ne pouvait les arrêter”, a déclaré un officier supérieur des renseignements, le colonel Ahmed Yare.

Avec ces éléments, les militants shebab se sont présentés à l’entrée de l’hôtel sans susciter le moindre doute des services de sécurité. Une fois à l’intérieur de la bâtisse, les militants séquestrent dans un premier temps les forces de sécurité avant de se rendre dans le hall d’accueil pour s’en prendre aux clients. La suite, on la connaît. Ce samedi-là, 23 personnes seront tuées dont un ministre régional, un commandant de police, une mère et ses trois enfants.

L’attaque a été immédiatement revendiquée par le groupe Al-Shabab, contrairement à celle menée deux semaines plus tôt, qui avait fait 358 morts, l’une des pires attaques djihadistes au monde entier.

Nous avons demandé à nos partenaires internationaux de partager toutes les informations et les preuves qu'ils ont recueillies lors des bombardements en Somalie avec les autorités nationales. Le silence était assourdissant.

Quelques heures après l’attentat de samedi, le gouvernement somalien a limogé deux des plus hauts responsables de la sécurité du pays, Abdullahi Mohamed Ali, le directeur général de l’Agence nationale du renseignement et de la sécurité (NISA), et le général Abdihakim Said, le chef de la police. Une manœuvre visant à regagner la confiance de la population, d’autant que des questions sur une éventuelle collaboration des shebab avec des officiers de second rang affluaient.

Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré la guerre aux militants shebab qui multiplient les attaques contre la capitale somalienne et les forces armées, de même que leurs alliés de la Force de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).

Mais sa quête de sécurité est rendue difficile par les faibles moyens dont dispose son armée qui manque encore cruellement de formation et de moyens logistiques. Ajouté à cela, les retards de paiement des salaires des fonctionnaires de l’armée et de la police. De quoi réduire leur motivation.

Dans une récente tribune dans le New York Times, Abdullahi Mohamed Ali, l’un des responsables limogés, critiquait par ailleurs la communauté internationale pour le manque de coopération avec les forces somaliennes.

“Nous avons demandé à nos partenaires internationaux de partager toutes les informations et les preuves qu’ils ont recueillies lors des bombardements en Somalie avec les autorités nationales. Le silence était assourdissant”, écrivait-il.

Voir plus