Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Election au Liberia : la présidente dément toute "ingérence"

Election au Liberia : la présidente dément toute "ingérence"

Libéria

La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, a démenti lundi les accusations d’“ingérence” dans le processus électoral lancées à son égard par son propre vice-président, Joseph Boakai, candidat au second tour de la présidentielle du 7 novembre contre l’ex-star du foot George Weah.

Le Parti de l’unité (UP), dont sont membres Joseph Boakai et Ellen Johnson Sirleaf, a accusé dimanche dans un communiqué la présidente d’“ingérence” en raison d’une rencontre avec des responsables de la Commission électorale nationale (NEC) qui s‘était déroulée à son domicile avant le premier tour du 10 octobre.

Ces allégations sont “sans fondement et constituent une tentative malheureuse d’agents provocateurs de saper le processus démocratique au Liberia”, a déclaré lors d’une conférence de presse le porte-parole de la présidente, Jerolinmek Piah.

M. Piah a admis que Mme Sirleaf avait rencontré des membres de la NEC mais jugé qu’il ne s’agissait aucunement d’un cas d’ingérence.

Toutes les réunions, interactions ou échanges entre les services de la présidence et la Commission électorale nationale étaient conformes avec ses droits constitutionnels de s'assurer du bon déroulement du processus électoral.

“Toutes les réunions, interactions ou échanges entre les services de la présidence et la Commission électorale nationale étaient conformes avec ses droits constitutionnels de s’assurer du bon déroulement du processus électoral”, a-t-il dit.

La formation de M. Boakai avait par ailleurs annoncé dans ce communiqué, signé également par deux autres partis, qu’il allait saisir la commission électorale, dénonçant “des fraudes systématiques et à grande échelle” lors du premier tour.

Lundi, Joseph Boakai a confirmé qu’il participerait bien au second tour le 7 novembre mais réclamé que les plaintes devant la NEC soient auparavant “clarifiées”.

Le candidat du Parti de l’Unité s’est déjà publiquement interrogé sur le soutien de Mme Sirleaf pendant sa campagne, tandis que ses partisans soupçonnent la prix Nobel 2011 de “rouler” pour George Weah, bien qu’il fasse partie d’un autre parti.

“Ne vous laissez pas décevoir ou distraire par nos détracteurs”, a répondu lundi l’ancien attaquant du PSG et du Milan AC, en rappelant qu’il avait lui-même accepté sa défaite à la présidentielle de 2005 après une décision de la Cour suprême favorable à Mme Sirleaf.

“Ce que ressent Joseph Boakai aujourd’hui, je l’ai moi-même ressenti en 2005”, a-t-il expliqué, en appelant les Libériens à voter à “rester pacifiques et à respecter la loi pendant que le processus électoral se poursuit”.

AFP
Voir plus